S'abonner

Prédiction de la dysfonction chronique du greffon (CLAD) par la mesure des lymphocytes T CD4+CD57+ILT2+ liés au checkpoint inhibiteur HLA-G - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.086 
D. Mouren 1, N. Rouas-Freis 2, I. Kuzhniak 2, E.D. Carosella 2, J. Lemaoult 2, O. Brugiere 3,
1 Pneumologie B, Paris, France 
2 CEA, Hôpital universitaire Saint Louis, Paris, France 
3 Pneumologie, Hôpital Foch, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La survie après transplantation pulmonaire (TxP) reste limitée par la survenue d’une dysfonction chronique du greffon (CLAD). Nous avons étudié le rôle potentiel du checkpoint inhibiteur HLA-G exprimé par certaines populations lymphocytaires périphériques, dans la prédiction du développement ultérieur du CLAD.

Méthodes

Les données cliniques et les échantillons de sang de 150 patients TxP de la cohorte française COLT, suivis ≥3 ans et ayant ≥1 échantillon de sang disponible à 1, 6 ou 12 mois (M) post-TxP ont été étudiés. Les populations lymphocytaires (LT) périphériques ont été caractérisées en cytométrie en flux pour leur expression de 26 combinaisons de marqueurs, incluant ILT2, le récepteur d’HLA-G. Nous avons comparé les 26 sous-populations de LT aux time points M1-M6-M12, et leur cinétique d’évolution la 1e année (définie comme le ratio de M1 à M12) entre patients stables et patients CLAD.

Résultats

Les 150 patients analysés ont inclus 78 patients stables et 72 patients CLAD à 3 ans post-TxP. La survie sans CLAD à 3 ans était inférieure chez les patients ayant un ratio M1-M12 de LT CD4+CD57+ILT2+>2,64 comparé à celui des patients avec un ratio<2,64 (respectivement 27% (95%CI: 8%–50%) versus 64% (95%CI: 48%-77%), log-rank, p=0.014). Aucun ratio M1-M12 des autres populations LT n’était associé à la survenue de CLAD. Nous avons également observé qu’à M1, les patients ayant un taux de LT CD4+CD57+ILT2+ (% LT CD4) <0,069% avaient une incidence inférieure de CLAD à 3 ans post-Tx, comparés à ceux avec un taux >0,069% (p=0,04). Nous avons par ailleurs observé à M1 un taux de LT CD4+CD25+CD127low (% LT CD4+) plus important dans le groupe CLAD (1,8+2,3%), comparé aux patients stables (0,9+1,2%, p=0,02). En analyse multivariée, nous avons observé que: 1) Parmi les 26 sous-populations de LT, seule l’augmentation du ratio M1-M12 des LT CD4+CD57+ILT2+ était un biomarqueur indépendant de survenue ultérieure de CLAD (HR=1,25; 95% IC=1,09–1,44; p=0,001); 2). Parmi les sous-populations de LT étudiées à M1, seule l’augmentation du taux des LT CD4+CD25+CD127low était un biomarqueur indépendant de la perte du greffon (HR=1,1; 95% IC=1,00–1,30; p=0,01).

Conclusion

Cette étude suggère que la sous-population de LT CD4+CD57+ILT2+ est un facteur contribuant à un microenvironnement défavorable au maintien d’une fonction stable post-TxP et que son augmentation la 1re année est un nouveau biomarqueur de CLAD à 3 ans post-TxP.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 48 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact du mismatch cytomégalovirus sur la morbi-mortalité après transplantation pulmonaire
  • D. Mouren, C. Ouazana-Vedrines, H. Mal, O. Brugière, S. Gallien, H. Nunes, G. Gebrak
| Article suivant Article suivant
  • Impact de l’observance thérapeutique sur l’évolution à moyen terme de la BPCO sous traitement
  • M. Hamdi, N. Belloumi, I. Bachouch, H. Baili, M. Bougacha, F. Chermiti Ben Abdallah, S. Fenniche

Déjà abonné à cette revue ?