S'abonner

Description de l’environnement immunitaire des cancers bronchiques traités par inhibiteurs de points de contrôles immunitaires - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.109 
A. Mogenet 1, , E. Denicolaï 1, L. Greillier 1, P. Finetti 2, F. Bertucci 2, F. Barlesi 3, P. Tomasini 1
1 Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille, Marseille, France 
2 Institut Paoli Calmettes, Marseille, France 
3 Institut Gustave Roussy, Villejuif, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La prise en charge du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) a été transformée par le développement de l’immunothérapie par inhibiteurs de check-points immunitaires (ICI). Cependant, seuls 20% des patients répondent au traitement, soulignant la nécessité d’identifier des biomarqueurs prédictifs de l’efficacité des ICI. L’objectif de notre travail était de décrire l’environnement immunitaire des CBNPC traités par ICI et son implication dans la réponse aux ICI.

Méthodes

Notre population était constituée de patients atteints de CBNPC de stade avancé traités en routine par ICI en monothérapie dans notre centre. L’analyse transcriptomique a été réalisée grâce à la technologie nCounter® de Nanostring© avec le panel PanCancer Immune Profiling qui comporte 730 gènes, tous impliqués dans l’immunité anti-tumorale. L’analyse bio-informatique des données a comporté une étape de clustering hiérarchique puis une analyse supervisée afin de confronter les données transcriptomiques aux données cliniques.

Résultats

Parmi les 65 patients dont l’ARN a été extrait, 44 disposaient d’une qualité et quantité suffisante pour l’analyse transcriptomique. Le clustering hiérarchique à partir des données d’expression des 730 gènes a permis de distinguer deux groupes de patients en fonction de leur environnement immunitaire. Il n’existait pas de corrélation entre les groupes et les données histocliniques, notamment de réponse aux ICI (p=0,135). Nous avons pu distinguer une représentation significativement différente des LT CD4 mémoires et des cellules NK dans les deux groupes. L’analyse supervisée a identifié les gènes TLR3 et ITGA2B comme statistiquement associés à la réponse à l’immunothérapie.

Conclusion

Notre travail a permis de démontrer qu’il était possible de déterminer des groupes de CBNPC en fonction de leur immunogénicité, sans corrélation avec les autres données histocliniques ni la réponse aux ICI. L’analyse supervisée nous a permis d’identifier d’autres gènes potentiellement impliqués dans la réponse aux ICI.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 60-61 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • IFCT-1602 CHIVA2 : essai de phase II évaluant Nivolumab chez des patients vivant avec le VIH (PVVIH) précédemment traités pour un cancer non à petites cellules (CBNPC) avancé
  • A. Lavole, J. Mazieres, S. Schneider, S. Brosseau, L. Kiakouamas, L. Greillier, A. Guihot, B. Abbar, M. Baron, A. Makinson, A. Langlais, F. Morin, J. Spano, J. Cadranel
| Article suivant Article suivant
  • Analyse FONctionnelle des mutations identifiées au voisinage de l’exon 14 du gène MET et efficacité du crizotinib chez des patients atteints d’un carcinome broncho-pulmonaire non à petites cellules de stade avancé (CBNPC) : étude GFPC-AFonMET
  • H. Babey, P. Jamme, R. Gervais, J.B. Assié, R. Veillon, H. Doubre, M. Pérol, F. Guisier, E. Huchot, C. Decroisette, L. Falchero, A.M. Chiappa, M. André, A. Cortot, C. Chouaid, G. Le Gac, R. Descourt

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?