S'abonner

Tumeurs pulmonaires abcédées : prise en charge diagnostique et thérapeutique - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.112 
M. Le Brun 1, , K. El Husseini 1, M. De Marchi 1, L. Razakamanantsoa 1, M. Pestel-Caron 2, E. Lhuillier 1, M. Patout 1
1 Pneumologie, oncologie thoracique, Soins intensifs respiratoires, Centre Hospitalo-universitaire, Rouen, France 
2 Département de Microbiologie, Centre Hospitalo-universitaire, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les abcès pulmonaires peuvent être présents dès le diagnostic de cancer pulmonaire, ou en être une complication. Il n’existe que peu de consensus concernant la prise en charge thérapeutique de ces tumeurs abcédées. La prise en charge de ces patients peut devenir très délicate, opposant l’instauration d’une chimiothérapie anti-infectieuse et la poursuite du traitement anti-cancéreux.

Méthodes

Nous avons mené une étude monocentrique rétrospective et inclus tous les patients hospitalisés au CHU de Rouen pour prise en charge d’une tumeur pulmonaire abcédée, entre 2005 et 2019.

Résultats

Nous avons inclus 52 patients. Il s’agissait principalement d’hommes (73 %), âgés en moyenne de 58,5 [52–62,25] ans. Tous étaient fumeurs ou anciens fumeurs. Vingt-huit patients (53 %) ont développé un abcès pulmonaire au cours du traitement de leur cancer. Des prélèvements microbiologiques respiratoires ont été réalisés pour chacun des patients. L’identification microbiologique a été possible pour 29 patients (56 %). Les germes les plus fréquemment identifiés sont décrits dans le Tableau 1. Les abcès étaient le plus souvent polymicrobiens (n :13 ; 45 %). Lors du diagnostic de l’abcès, la durée médiane de séjour était de 28,5[14,8–42,0] jours. L’ensemble des patients a été traité par d’une à 6 lignes d’antibiothérapie. Les associations amoxicilline-acide clavulanique (n=26), pipéracilline-tazobactam (n=9) et la ceftriaxone (n=8) étaient les traitements utilisés en première ligne. La durée médiane de l’antibiothérapie était de 14 [7–28] jours. La survenue d’un abcès pulmonaire a conduit à une prise en charge néoplasique palliative chez 24 patients (46 %), et retardé la chimiothérapie pour 12 patients (23 %). Le pronostic de ces patients était sombre, avec une survie médiane de 6,5 mois après le diagnostic de l’abcès pulmonaire.

Conclusion

La survenue d’un abcès pulmonaire conduit à l’interruption des traitements pour près de la moitié des patients et s’accompagne d’un pronostic sombre. L’antibiothérapie initiale doit être large compte-tenu du caractère généralement microbien des abcès.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 62-63 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Caractéristiques de la spirométrie et de l’oscillométrie d’impulsions pour le diagnostic des exacerbations infectieuses de mucoviscidose chez l’adulte
  • T. Blin, T. Flament, J. Mankikian, A. Chambellan, S. Marchand-Adam, L. Plantier
| Article suivant Article suivant
  • Profil bactériologique des exacerbations infectieuses des bronchectasies post-tuberculeuses
  • P.P. Koumeka, G.S. Moussounda Mpika, M. Bougadoum, S. Ait Batahar, L. Amro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?