S'abonner

La prise en charge thérapeutique de la rhinite allergique associée ou non à l’asthme : étude comparative - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.128 
H. Arfaoui : Professeur, A. Boumehdi  : Résidente, H. Jabri : Professeur, W. Elkhattabi : Professeur, H. Afif : Professeur
 Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les liens entre asthme et rhinite allergique sont particulièrement étroits, la plupart des asthmatiques présentent aussi des rhinites allergiques (80% des cas), et environ 45% des personnes touchées par une rhinite développeront aussi un asthme.

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective à la consultation d’allergologie de l’hôpital 20 Août de Casablanca, portant sur 244 dossiers de patients porteurs de rhinite allergique répartis en deux groupes. Le groupe 1 comporte 142 patients ayant une rhinite allergique associée à un asthme, le groupe 2 comprend 102 patients ayant une rhinite allergique non associée à l’asthme, sur une période d’étude de 4 ans.

Résultats

La moyenne d’âge est de 29 ans dans le groupe 1 vs 36 ans dans le groupe 2, avec une nette prédominance féminine 63% vs 71%. L’humidité et le non ensoleillement de l’habitat sont retrouvés dans 46% dans le groupe 1 vs 32% dans le groupe 2. L’atopie est rapportée dans 49% dans le groupe 1 vs 47% dans le groupe 2. L’âge moyen du début était de 22 ans vs 28 ans. La rhinite allergique était persistante modérée à sévère dans 44% vs 34% des cas et intermittente dans 56% vs 60% des cas. Les TCA sont positifs chez la majorité des patients dans les deux groupes, principalement aux acariens DP 62% dans le groupe 1 vs 40% groupe 2. Le traitement est à base d’antihistaminique 63% vs 64% et de corticoïde nasal 75% vs 76%, avec une bonne évolution. Par ailleurs, une aggravation de la symptomatologie est notée chez 9% des patients du groupe 1 vs 5% du groupe 2 au cours de la période de pollinisation et ou à cause d’une mauvaise observance du traitement. La rhinite était la cause du non-contrôle de l’asthme dans 25% des cas du groupe 1.

Conclusion

Le diagnostic et le traitement de la rhinite allergique demeurent indispensables afin d’éviter les complications et d’améliorer le contrôle de l’asthme s’il est associé et ainsi la qualité de vie des patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 68-69 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rôle des mastocytes dans l’asthme sévère : analyse de données transcriptomiques dans la cohorte U-BIOPRED
  • A. Tiotiu, Y. Badi, N. Kermani, P. Hansbro, C. Wheelock, S.E. Dahlen, Y.K. Guo, P. Sterk, R. Djukanovic, I. Adcock, K.F. Chung
| Article suivant Article suivant
  • Asthme et comorbidités : à propos de 560 cas
  • M. Nokra, S. Ait Batahar, L. Amro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?