S'abonner

Impact de l’obésité sur le handicap fonctionnel respiratoire du sujet âgé asthmatique - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.130 
P.P. Koumeka , M. Bougadoum, G.S. Moussounda Mpika, S. Ait Batahar, L. Amro
 CHU Mohammed VI, hôpital Arrazi, service de pneumologie, Marrakech, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’obésité est un facteur de mauvais contrôle de l’asthme. Le but de cette étude était de déterminer l’impact de l’obésité sur le profil fonctionnel respiratoire du sujet âgé asthmatique.

Méthodes

Il s’agit d’une étude comparative, allant de janvier 2018 à octobre 2019, ayant inclus les patients âgés asthmatiques admis à l’unité d’explorations fonctionnelles respiratoires, au CHU Mohammed VI de Marrakech. On a distingué deux groupes d’études, le groupe de patients âgés asthmatiques obèses et le groupe témoins. L’obésité a été définie par un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25kg/m2. Le handicap fonctionnel respiratoire a été étudié à l’aide de la spirométrie. L’analyse statistique s’est faite à l’aide du logiciel Epi info 7. Le seuil de significativité retenu pour la comparaison de données était p-value0,05.

Résultats

Au total, 58 patients ont été inclus, âgés en moyenne de 54±9,7 ans, majoritairement de sexe féminin (sex-ratio 0,52). Pour 16,7% des patients étudiés avaient une exposition professionnelle à risque. Les comorbidités retrouvés par ordre de fréquence étaient l’obésité, la rhinoconjonctivite allergique, le tabagisme, la polypose nasosinusienne, le syndrome de Fernand-Widal, le diabète, les bronchectasies et les cardiopathies, notées pour 58,6%, 55,2%, 34,5%, 20,1%, 13,8%, 6,9%, 3,6%, 3,45%, respectivement. La dyspnée et le sifflement respiratoire étaient les symptômes d’asthme les plus notés respectivement pour 73,68% et 72,2% dans le groupe de patients âgés asthmatiques ayant une obésité versus 26,3% et 27,8% dans le groupe contrôle (p-value=0,001 et 0,008, respectivement). Les patients âgés asthmatiques ayant une obésité avaient une spirométrie pathologique pour 91,2% de cas et un VEMS moyen de 1,54±0,68 versus 2,10±0,61 pour le groupe contrôle (p-value=0,003). Le déclin du VEMS était inversement corrélé à l’IMC (r=−0,4, p-value=0,04).

Conclusion

L’obésité contribue aux mécanismes étiopathogéniques de l’obstruction bronchique du sujet âgé asthmatique. Elle a un impact négatif sur la fonction respiratoire et sur les symptômes de l’asthme dominés par la dyspnée et le sifflement respiratoire, contribuant à l’altération de la qualité de vie du sujet âgé asthmatique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 69 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Asthme et comorbidités : à propos de 560 cas
  • M. Nokra, S. Ait Batahar, L. Amro
| Article suivant Article suivant
  • Prévalence de la conjonctivite allergique chez les patients asthmatiques
  • C. Farissi, H. Benjelloun, N. Zaghba, N. Yassine

Déjà abonné à cette revue ?