S'abonner

Réhabilitation respiratoire dans le syndrome d’hyperventilation de l’adulte - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.150 
B. Herer , A. Ghergan, E. Germain
 Service de réhabilitation respiratoire, Briis-sous-Forges, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le but de cette étude était d’évaluer les effets de la réhabilitation respiratoire (RR) dans le syndrome d’hyperventilation (SHV).

Méthodes

Nous avons repris les données des sujets atteints de SHV pris en charge dans le service de RR (groupe 1, n=7, 6 femmes – âge moyen 59 ans). Les critères d’inclusion dans cette étude observationnelle monocentrique rétrospective étaient : dyspnée inexpliquée avec score de Nimègue >23 et bilan cardiopulmonaire normal. Un groupe témoin apparié a été constitué par des malades porteurs d’un trouble ventilatoire restrictif (TVR, groupe 2, n=7, 1 femme [p=0,01], - âge moyen 65 ans) pour éviter toute interférence symptomatique avec l’asthme, la BPCO et les pathologies interstitielles pulmonaires. Tous les sujets ont réalisé un stage de RR multidisciplinaire incrémental de 4 semaines. Au début et à la fin du stage de RR on a mesuré le test de marche de 6minutes (TM6, m), les scores mMRC et Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) et recueilli les données du test cardiopulmonaire d’effort. Les valeurs sont exprimées en moyenne±écart type et une analyse de variance [ANOVA] en mesures répétées avec comparaison entre les groupes 1 et 2 a été utilisée.

Résultats

Le TM6 a augmenté respectivement dans les groupes 1 et 2 de 389±116 à 473±85 (+21,6 %) et de 391±111 à 446±110 (+14,1 %), (p<10−3 sans différence selon les groupes). On a observé une amélioration significative (p<10−3) des scores mMRC et HAD en ANOVA en mesures répétées sans différence entre les groupes. Respectivement pour le mMRC : de 1,7±0,8 à 0,9±0,9 (groupe 1) et de 2,3±1,0 à 1,0±0,8 (groupe 2) ; pour le HADS de 19,4±7,3 à 15,6±5,5 (groupe 1) et de 16,7±5,1 à 11,4±5,5 (groupe 2). Le score de Nimègue a diminué significativement en fin de RR dans le groupe 1 : de 31,0±5,4 à 24,6±8,9 (p=0,04). En début de RR le pic de VO 2 prédit (VO 2p) et la puissance maximale (PMAX, W) étaient altérés dans les 2 groupes : respectivement pour les groupes 1 et 2 : 48,7 % et 54,1 % (VO 2p) et 56,5 % et 59,2 % (PMAX). On a obtenu en fin de RR une amélioration significative de PMAX sans différence entre les groupes :+33,3 % (groupe 1) et+19,1 % (groupe 2).

Conclusion

Cette étude montre que les sujets atteints de SHV peuvent avoir une intolérance à l’effort, une dyspnée et une altération du score HADS perturbées et susceptibles d’être améliorées par la RR de façon comparable aux résultats obtenus par cette procédure chez les sujets dont le handicap respiratoire est lié à un TVR.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 76-77 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Téléreadaptation respiratoire en période de crise sanitaire
  • A. Detree, S. Benkharraz
| Article suivant Article suivant
  • La kinésithérapie de renforcement musculaire chez les patients suivis pour bronchopneumopathie chronique obstructive
  • A. Fahmi, S. Aidou, H. Arfaoui, H. Jabri, W. Elkhattabi, H. Afif

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?