S'abonner

Évaluation de la fonction respiratoire chez le sujet âgé - 18/04/08

Doi : RMR-12-2006-23-6-0761-8425-101019-20064193 

F. Boita,

L.J. Couderc,

B. Crestani,

B. De Wazieres,

P. Devillier,

C. Ferron,

A. Franco,

H. Guenard,

M. Hayot,

B. Housset,

C. Jeandel,

M. Kuentz Rousseau,

J.P. Orlando,

E. Orvoen-Frija,

B. Parent,

H. Partouche,

F. Piette,

G. Pinganaud,

C. Pison,

F. Puisieux,

I. Boucot,

G. Ruault

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Cet article est le fruit des travaux d'un groupe de pneumologues et de gériatres, réunis pour un atelier. On reconnaît le vieillissement physiologique où la fonction respiratoire reste très longtemps conservée, le vieillissement dit usuel et le vieillissement avec comorbidités. Ces deux derniers ont pour conséquence la diminution de la capacité fonctionnelle et donc des capacités d'adaptation des sujets.

Dans la première partie sont envisagés les facteurs qui participent au vieillissement pulmonaire. Ils sont multiples. On ne saurait négliger les pathologies respiratoires obstructives chroniques. Ainsi la prévalence de l'asthme est estimée entre 6 et 10 % chez les sujets de plus de 60 ans. De même la mortalité liée à la BPCO est en augmentation en particulier en ce qui concerne les sujets âgés.

Un autre élément à prendre en compte est la fréquence du développement avec l'âge de pathologies chroniques à retentissement respiratoire. Un exemple intéressant est le syndrome parkinsonien qui agit à la fois sur la commande ventilatoire et la mécanique ventilatoire.

On observe également chez les sujets âgés une dénutrition protéinoénergétique avec des conséquences comme la sarcopénie.

L'effet des médicaments à visée thérapeutique pulmonaire comme les bronchodilatateurs, les corticoïdes et la théophylline est mal connu faute d'études de phase 2 dose - réponse chez ces sujets.

Enfin de nombreux médicaments donnés pour des pathologies dont l'incidence augmente avec l'âge comme l'HTA, les troubles du rythme ont une action potentiellement délétère sur la fonction pulmonaire.

Dans une deuxième partie sont envisagées les possibilités d'exploration de la fonction respiratoire chez le sujet âgé au repos comme à l'effort. Un des points majeurs est la difficulté de proposer des valeurs de référence valables pour cette population.

Si les indications de réalisation d'une exploration fonctionnelle respiratoire sont identiques à celles de la population générale, la réalisation des examens peut être plus difficile chez les sujets âgés soit pour des raisons de compréhension, soit pour des raisons de capacité de réalisation, soit par perte de la motilité. On choisira donc en fonction du contexte de proposer des méthodes nécessitant une coopération importante encore appelées volitionnelles ou des méthodes non volitionnelles.

Une stratégie d'exploration initiale de ces sujets est proposée en fonction de la présence ou non d'une dyspnée, de la perte de la mobilité.

L'amélioration de l'accessibilité pour les sujets âgés aux méthodes d'exploration doit s'accompagner du développement de recherche clinique sur les tests non volitionnels.

Abstract

Evaluation of pulmonary function in the elderly

Aging is associated with a progressive decrease in lung function. As a consequence of aging, individual's reserve is diminished, but this decrease is heterogeneous between individual subjects.

Many factors are involved in the overall decline in lung function. The prevalence of asthma in the elderly is estimated between 6 and 10%. Mortality due to COPD is increasing, especially among older subjects.

Older subjects are at an increased risk of developing chronic diseases such as Parkinson's disease, which can have consequences for lung function. Under-nutrition is also common in the elderly and can produce sarcopenia and skeletal muscle dysfunction.

The presentation of respiratory disorders may differ in the elderly, especially because of a lack of perception of symptoms such as dyspnea.

The impact of bronchodilatators or corticosteroids on respiratory function has not been studied in the elderly. Drugs usually used for the treatment of hypertension or arrhythmias, which are often observed with aging, can have pulmonary toxicity.

There is no difference between functional evaluation in younger and older subjects but it is more difficult to find predicted values for older patients. Performing pulmonary function tests in older patients is often difficult because of a higher prevalence of cognitive impairment and/or poor coordination.

When assessing pulmonary function in the elderly, the choice of tests will be depend on the circumstances, with the use of voluntary manoeuvres dependent on the condition of the patient.


Mots clés : Vieillissement , Pharmacologie , Physiologie

Keywords: Pharmacology , Physiology , Aging


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 23 - N° 6

P. 619-628 - décembre 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Caractéristiques de l'asthme léger : signes cliniques et traitements médicamenteux
  • P. Chanez, J. De Blic, C. Delacourt, A. Deschildre, P. Devillier, A. Didier, D. Dusser, M. Humbert, C. Leroyer, C. Marguet, Y. Martinat, J. Piquet, C. Raherison, P. Serrier, I. TillieLeblond, A.B. Tonnel, M. Tunon de Lara
| Article suivant Article suivant
  • Hypertension portopulmonaire
  • F. Chabot, E. Gomez, L. Boyer, A. Kheir, J. Le Pavec, O. Sitbon, P. Herve

Déjà abonné à cette revue ?

;