S'abonner

Modèles animaux d'hypertension artérielle pulmonaire - 18/04/08

Doi : RMR-04-2007-24-4-0761-8425-101019-200674260 

R. Naeije [1],

L. Dewachter [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est un syndrome rare, causé par une augmentation isolée de la résistance vasculaire pulmonaire. En dépit d'importants progrès récents, l'affection reste actuellement incurable.

État des connaissances

Les modèles expérimentaux d'HTAP recourent à l'hypoxie et à l'administration de monocrotaline (petits rongeurs), à la création de shunts gauche-droit (porcelets et agneaux), à la ligature in utero du canal artériel (agneaux), et aux manipulations génétiques (petits rongeurs). L'hypertension pulmonaire hypoxique est souvent modérée et limitée à de l'hypertrophie médiale, avec des degrés variables de prolifération adventitielle. L'hypertension pulmonaire sur monocrotaline est sévère, avec hypertrophie médiale, remodelage adventitiel particulièrement inflammatoire et, initialement, de l'œdème pulmonaire et une apoptose endothéliale. L'hypertension pulmonaire sur shunt reste le modèle le plus réaliste de l'HTAP, mais se limite à une augmentation modérée de la résistance vasculaire pulmonaire sur hypertrophie médiale. L'hypertension pulmonaire du nouveau-né est sévère, mais spastique et à hypertrophie médiale prédominante.

Perspectives

La manipulation génétique de modèles animaux permet une progression accélérée de la recherche sur la pathobiologie de l'HTAP.

Conclusions

Les différents modèles expérimentaux animaux d'HTAP ont en commun une série de perturbations biologiques dont l'étude est indispensable à une meilleure compréhension de la maladie et à l'innovation thérapeutique.

Abstract

Animal models of pulmonary arterial hypertension

Introduction

Pulmonary arterial hypertension (PAH) is a rare syndrome of fatigue and dyspnoea, caused by increased pulmonary vascular resistance and right heart failure without an identifiable pulmonary or cardiac cause. Despite important recent advances in treatment the condition remains incurable.

Background

Experimental animal models of PAH rely on hypoxic or monocrotaline injected rodents, the creation of left to right shunts in lambs or piglets, ligation of the ductus arteriosus in newborn lambs, genetically manipulated rodents and tissue culture. Hypoxic pulmonary hypertension is usually only moderate and limited to medial hypertrophy with varying degrees of adventitial change, but may progress to extensive remodelling in some species. Monocrotaline induced pulmonary hypertension is severe with prominent medial hypertrophy, inflammatory adventitial remodelling and, initially, pulmonary oedema and endothelial apoptosis. Pulmonary hypertension induced by shunting remains the most realistic model of PAH but causes only moderate increase in vascular resistance due to medial hypertrophy. Pulmonary hypertension of the newborn is severe but largely vasospastic, with predominant medial hypertrophy. An increasing number of genetically manipulated rodents are becoming available for the investigation of specific signalling pathways.

Viewpoint

While none of the models has yet reproduced PAH each allows investigation of a specific hypothesis. Recent progress has resulted from genetic manipulation and molecular and cellular approaches.

Conclusions

Animal models of PAH share basic biological abnormalities which, together with the study of lung tissue from patients with severe disease should lead to better understan-ding of the pathology and therapeutic innovation.


Mots clés : Hypertension pulmonaire , Modèles animaux , Hypoxie , Monocrotaline , Cardiopathies congénitales

Keywords: Pulmonary hypertension , Animal models , Hypoxia , Monocrotaline , Congenital heart disease


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 4

P. 481-496 - avril 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prothèses trachéobronchiques métalliques : rôle du scanner multibarrette
  • G. Ferretti, A. Jankowski, C. Righini, K. Ferretti, C. Pison
| Article suivant Article suivant
  • Hypertension pulmonaire postembolique
  • X. Jais, P. Dartevelle, F. Parent, O. Sitbon, M. Humbert, E. Fadel, S. Mussot, S. Cabrol, J. Le Pavec, B. Sztrymf, C. Tcherakian, D. Musset, S. Maitre, G. Simonneau

Déjà abonné à cette revue ?

;