S'abonner

Hypertension pulmonaire des affections respiratoires chroniques - 18/04/08

Doi : RMR-04-2007-24-4-0761-8425-101019-200674262 

A. Chaouat [1],

M. Canuet [2],

E. Gomez [1],

F. Chabot [1],

E. Weitzenblum [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

L'hypertension pulmonaire des affections respiratoires chroniques est définie par une élévation de la pression artérielle pulmonaire moyenne de repos au-delà de 20 mm Hg. Elle est la plus fréquente des hypertensions pulmonaires précapillaires, du fait de la très importante prévalence de la bronchopneumopathie chronique obstructive. C'est une hypertension pulmonaire due principalement à l'hypoxie alvéolaire qui produit un remodelage vasculaire pulmonaire distal et par conséquent une augmentation de la résistance vasculaire pulmonaire. Elle n'a pas la gravité de l'hypertension artérielle pulmonaire idiopathique. La pression artérielle pulmonaire moyenne est habituellement modérément élevée (20-35 mm Hg) lorsque les patients sont vus au cours d'une période stable de la maladie. Dans certaines circonstances, il existe des formes d'hypertension pulmonaire sévère dites disproportionnées, ces situations sont néanmoins peu fréquentes. L'élévation de la post-charge du ventricule droit favorise le développement d'une insuffisance cardiaque droite qui constitue un facteur pronostique aggravant indiscutable. Les symptômes cliniques de l'hypertension pulmonaire sont au second plan par rapport à ceux de l'affection causale et le diagnostic non invasif est basé sur l'écho-Doppler cardiaque. Le traitement le plus adapté actuellement est l'oxygénothérapie de longue durée (pendant plus de 16-18 h/24 h). Celle-ci améliore ou tout au moins stabilise l'hypertension pulmonaire.

Abstract

Pulmonary hypertension of chronic respiratory disease

Pulmonary hypertension of chronic respiratory disease is defined as elevation of the mean resting pulmonary artery pressure to over 20 mm Hg. It is the commonest cause of pre-capillary pulmonary hypertension on account of the high prevalence of chronic obstructive pulmonary disease. It is primarily due to alveolar hypoxia that leads to remodelling of the distal pulmonary vasculature and consequently to an increase in pulmonary resistance. It is not as severe as idiopathic pulmonary hypertension. The mean pulmonary artery pressure is usually moderately increased (20-35 mm Hg) when patients are seen during a stable period of the disease. There are, however, more severe cases of pulmonary hypertension called, in some cases, disproportionate but these are uncommon. Increased right ventricular afterload can lead to the development of right ventricular failure that is a definite prognostic factor. The clinical symptoms of pulmonary hypertension are at a secondary level compared with those of the causal disease. Non-invasive diagnosis depends on Doppler echocardiography. Currently the most effective treatment is long term oxygen therapy (16-18hr/24hr). This improves or, at least stabilises, the pulmonary hypertension.


Mots clés : Hypertension pulmonaire , Insuffisance cardiaque droite , BPCO , Insuffisance respiratoire chronique


Mots clés : Pulmonary hypertension , Right ventricular failure , COPD , Chronic respiratory failure


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 4

P. 509-521 - avril 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypertension pulmonaire postembolique
  • X. Jais, P. Dartevelle, F. Parent, O. Sitbon, M. Humbert, E. Fadel, S. Mussot, S. Cabrol, J. Le Pavec, B. Sztrymf, C. Tcherakian, D. Musset, S. Maitre, G. Simonneau
| Article suivant Article suivant
  • Complications pulmonaires précoces des allogreffes de cellules souches hématopoïétiques
  • C. Cordonnier, C. Pautas, M. Kuentz, B. Maitre, S. Maury

Déjà abonné à cette revue ?

;