S'abonner

Toxicité pulmonaire induite par l’osimertinib - 26/01/22

Pulmonary manifestations induced by osimertinib

Doi : 10.1016/j.rmr.2021.12.002 
Y. Le Guen a, , M. Lederlin b, L. Triquet c, M. Lesouhaitier d, Y. Le Tulzo d, C. Ricordel a, e
a Service de pneumologie, université de Rennes-1, CHU de Rennes, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35033 Rennes cedex 9, France 
b Service de radiologie, hôpital Pontchaillou, université de Rennes 1, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35033 Rennes cedex 9, France 
c Service de pharmacologie, centre régional de pharmacovigilance de pharmaco-épidémiologie et d’information sur le médicament, CHU Pontchaillou, 35033 Rennes, France 
d Service des maladies infectieuses et réanimation médicale, hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, 2 rue Henri Le Guillloux, 35033 Rennes cedex 9, France 
e INSERM U1242, Chemistry Oncogenesis Stress and Signalling, CLCC Eugène Marquis, Rennes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’inhibiteur de tyrosine kinase (TKI) de troisième génération, osimertinib, est recommandé en première intention dans la prise en charge des carcinomes bronchiques métastatiques présentant une mutation de l'Epidermal Growth Factor Receptor (EGFR). La toxicité pulmonaire de l’osimertinib, comme celle des autres traitements de la même classe thérapeutique, est principalement décrite chez les patients japonais. Elle demeure rare dans la population caucasienne.

Observations

Nous rapportons deux observations de patients traités par osimertinib pour un adénocarcinome bronchique métastatique muté EGFR, présentant des manifestations pulmonaires secondaires à la thérapie ciblée. Dans la première observation, la pneumopathie est asymptomatique et évolue favorablement après interruption du traitement. Le second patient présente une forme plus sévère, dont l’évolution est fatale, malgré une corticothérapie systémique.

Conclusion

Les effets secondaires pulmonaires liés à l'osimertinib sont rares. La plupart des cas sont légers, mais une interruption du traitement peut se discuter. La mise en place d’un autre TKI ou une réintroduction d’osimertinib, peut être proposée dans certaines situations cliniques sous couvert d’une corticothérapie si cela est nécessaire. La présence d’un dommage alvéolaire est un facteur d’évolution péjorative.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The third-generation tyrosine kinase inhibitor (TKI) osimertinib is recommended as a first-line treatment in advanced non-small cell lung cancer harboring an activating mutation of Epidermal Growth Factor Receptor (EGFR). Adverse pulmonary events related to osimertinib exposure have been reported, primarily in Japanese patients. They rarely occur in the Caucasian population.

Observation

Herein we report two clinical cases of osimertinib-induced lung toxicities in patients diagnosed with advanced lung adenocarcinoma harboring an EGFR mutation. In the first case, interstitial pneumonia was asymptomatic and evolved favorably after osimertinib discontinuation. The second patient presented a more extensive form of lung injuries and despite systemic corticosteroid therapy, the evolution was fatal.

Conclusion

Osimertinib-related lung toxicities remain exceptional. While most forms are mild, consideration of TKI treatment discontinuation may be necessitated. Introduction of another TKI or rechallenge with osimertinib might be considered along with corticosteroid therapy if necessary. Diffuse alveolar damage is a pejorative prognostic factor.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer bronchique, Osimertinib, Pneumopathie interstitielle, Effets secondaires indésirables des médicaments

Keywords : Lung cancer, Osimertinib, Interstitial pneumonia, Adverse drug reactions


Plan


© 2021  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 1

P. 62-66 - janvier 2022 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Lipome trachéal : une cause exceptionnelle de tumeur trachéale
  • N. Storme, B. Toublanc, F. Mejdoub, M. Baud, C. Clarot, E. Hoguet, S. Lenel, O. Leleu
| Article suivant Article suivant
  • Numéro 1/2022. Questions

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?