S'abonner

Complications respiratoires de l’œsophagectomie pour cancer - 24/06/08

Doi : RMR-06-2008-25-6-0761-8425-101019-200805784 

X.-B. D’Journo [1],

P. Michelet [1 et 2],

J.-P. Avaro [1],

D. Trousse [1],

R. Giudicelli [1],

P. Fuentes [1],

C. Doddoli [1 et 2],

P. Thomas [1 et 2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La chirurgie d’exérèse, basée sur l’œsophagectomie avec curage ganglionnaire, reste le traitement de référence des cancers de l’œsophage jugés comme extirpables. Les progrès des techniques chirurgicales et de la réanimation ont permis de réduire nettement la mortalité opératoire de cette intervention (5 à 10 %). Parmi les causes de décès postopératoire, les complications respiratoires post-œsophagectomie (CRPO) arrivent au premier rang. Ces CRPO concernent plus de 30 % des patients et surviennent dans 80 % des cas au cours des cinq premiers jours. Ces CRPO sont représentées par l’encombrement bronchique, la pneumopathie nosocomiale et le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Ces complications sont proches de celles observées en chirurgie pulmonaire. Leurs mécanismes et leur prévention ne diffèrent donc pas de celles observées en cas d’exérèse pulmonaire. De nombreuses études se sont attachées à comprendre les mécanismes physiopathologiques de ces CRPO. Cependant, il existe un important problème de définition et l’analyse de leur incidence par comparaison aux études existantes est difficile. Ces complications respiratoires sont multifactorielles. Il existe des facteurs préopératoires liés aux patients et à leurs comorbidités, des facteurs peropératoires liés à l’acte chirurgical et à la gestion de l’anesthésie, et des facteurs postopératoires dépendant de la prise en charge en réanimation. La compréhension des mécanismes impliqués dans la genèse de ces complications, leur prise en charge précoce par une gestion standardisée, permettraient de réduire leur incidence et donc la mortalité hospitalière. Le but de cette mise au point est de décrire, à la lumière des acquisitions récentes de la littérature, les différents phénomènes participant à la survenue de ces complications et de proposer des stratégies pour réduire leur incidence.

Abstract

Respiratory complications after oesophagectomy for cancer

Surgery is the cornerstone of treatment for resectable tumours of the oesophagus. Recent advances of surgical techniques and anaesthesiology have led to a substantial decrease in mortality and morbidity. Respiratory complications affect about 30% of patients after oesophagectomy and 80% of these complications occur within the first five days. Respiratory complications include sputum retention, pneumonia and ARDS. They are the major cause of morbidity and mortality after oesophageal resection and numerous studies have identified the factors associated with these complications. The mechanisms are not very different from those observed after pulmonary resection. Nevertheless, there is an important lack of definition, and evaluation of the incidence is particularly difficult. Furthermore, respiratory complications are related to many factors. Careful medical history, physical examination and pulmonary function testing help to identify the risk factors and provide strategies to reduce the risk of pulmonary complications. Standardized postoperative management and a better understanding of the pathogenesis of pulmonary complications are necessary to reduce hospital mortality. This article discusses preoperative, intraoperative, and postoperative factors affecting respiratory complications and strategies to reduce the incidence of these complications after oesophagectomy.


Mots clés : Œsophagectomie , Cancer de l’œsophage , Complications respiratoires , SDRA , Pneumopathie

Keywords: Oesophagectomy , Oesophageal Cancer , Pulmonary Complications , ARDS , Pneumonia


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° 6

P. 683-694 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’auscultation pulmonaire à l’ère de la médecine factuelle
  • S. Reichert, R. Gass, C. Brandt, E. Andrès
| Article suivant Article suivant
  • Suivi de l’enfant asthmatique : définition et outils de mesure
  • J. de Blic, A. Deschildre,

Déjà abonné à cette revue ?

;