S'abonner

Prise en charge des péricardites secondaires à un cancer broncho-pulmonaire - 23/04/14

Management of malignant pericardial effusion in lung cancer

Doi : 10.1016/j.rmr.2014.02.011 
G. Rousseau-Bussac a, P. Crequit a, M. Alifano b, C. Chouaid a, c,
a Service de pneumologie, hôpital Saint-Antoine, Paris, France 
b Service de chirurgie thoracique, hôpital Cochin, Paris, France 
c Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI de Créteil, 40, avenue de Verdun, 94010 Créteil, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Wednesday 23 April 2014
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

L’atteinte du péricarde dans le cancer du poumon est relativement fréquente mais peu symptomatique, sauf en cas de tamponnade. La présentation clinique est classique avec dyspnée, douleur thoracique, signes d’insuffisance cardiaque droite puis gauche, syncope mais il s’agit souvent d’un diagnostic difficile chez un patient ayant souvent une maladie évoluée multi-symptomatique. Le diagnostic repose sur l’échographie cardiaque. Une étiologie radique, plus rarement infectieuse doit être évoquée de manière systématique. Un épanchement de grande abondance doit être drainé en raison du taux important de récidive après une simple ponction. Le drainage est formellement indiqué lorsque l’épanchement dépasse 20mm en diastole à l’échographie cardiaque, en cas de tamponnade ou d’hémodynamique compromise. La réalisation d’une fenêtre dans le péricarde par une thoracotomie antérieure permet l’écoulement du liquide et prévient les récidives. Le pronostic, étudié sur des séries anciennes rétrospectives, très hétérogènes est en général mauvais avec des médianes de survie qui ne dépassent pas 100jours et des survies à un an en général inférieures à 10 %. L’amélioration du pronostic passe par un diagnostic précoce de l’épanchement péricardique permettant un suivi régulier et une chirurgie en dehors de situation d’urgence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Acute pericarditis associated with lung cancer is a relatively frequent complication but is usually not symptomatic unless it causes tamponade. The clinical presentation is classically with dyspnea, thoracic pain, signs of right cardiac failure then left cardiac failure and syncope but it is often a difficult diagnosis in a patient with multi-symptomatic disease. The diagnosis is based on cardiac echography. Toxicity due to radiotherapy or more rarely an infectious etiology must be considered. Clinically significant effusions must be drained because of the high rate of recurrence after a simple aspiration. Drainage is formally indicated when, at echocardiography, the effusion exceeds 20mm in diastole, in cases of tamponade or in cases of compromised hemodynamic status. The formation of a pericardial window at thoracotomy prevents recurrences. Based on old, retrospective, very heterogeneous case series the prognosis, is generally considered to be poor with a median survival which does not exceed 100days and a one year survival generally lower than 10%. Prognosis is better where diagnosis occurs at an earlier stage allowing regular follow-up and surgical intervention in a non-emergency setting.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Péricardite, Cancer du poumon, Échographie cardiaque, Métastases

Keywords : Pericarditis, Lung cancer, Echocardiography, Metastasis


Plan


© 2014  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Déjà abonné à cette revue ?

;