S'abonner

Traitement de 1re ligne - 01/07/14

Doi : 10.1016/S1877-1203(14)70527-0 
V. Bunel

*Auteur correspondant.
T. Berghmans
 Bruxelles 
1 Service des soins intensifs & urgences oncologiques et clinique d’oncologie thoracique, institut Jules Bordet, Centre des tumeurs de l’université libre de Bruxelles (ULB), Boulevard de Waterloo 121, 1000 Bruxelles, Belgique 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Plus de 85 % des patients présentant un carcinome bronchique non à petites cellules (CBNPC) n’ont pas de mutation activatrice pour l’EGFR. Leur prise en charge en première ligne est donc le quotidien des médecins s’intéressant aux cancers bronchiques. La chimiothérapie a montré son utilité en comparaison des soins de confort depuis de nombreuses années. La chimiothérapie de référence doit être une polychimiothérapie à base de sels de platine, en privilégiant le cisplatine si l’état du patient et ses comorbidités le permettent. Une bithérapie plutôt qu’une monothérapie est bénéfique, y compris chez les patients âgés ou en mauvais état général. En cas de contre-indication au cisplatine, une bithérapie avec ou sans carboplatine peut être utilisée. Le choix du second agent s’associant au cisplatine doit être guidé par les effets secondaires attendus et par l’histologie. Les stratégies reposant sur la présence d’une suractivation de certaines protéines (ERCC1 par exemple) n’ont pas prouvé leur efficacité. À part l’adjonction de bevacizumab à une bithérapie, il n’y a pour l’instant pas de place pour les thérapies ciblées en première ligne de traitement des CBNPC.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Over 85 % of patients with non small cell lung carcinoma (NSCLC) have no EGFR activating mutation, their management in first line treatment is the daily life of doctors who have interest in lung cancer. Chemotherapy proved to be useful compared to supportive care from many years. The standard chemotherapy regimen should be a platinumbased combination, first with cisplatin if the patient's condition and comorbidities allow it. Combination therapy rather than monotherapy is beneficial, including elderly patients or those with a performance status 2. If cisplatin can’t be used, a combination therapy with or without carboplatin can be chosen. The choice of the second agent in combination with cisplatin should be guided by the potential side effects and the histology, strategies based on the presence of an overactivation of some proteins (for example ERCC1) have not yet proven their effectiveness. Except adding bevacizumab to combination therapy, there is no place for targeted therapies in first-line treatment of NSCLC.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : CBNPC, Traitement de première ligne, Cisplatine, Polychimiothérapie

Keywords : NSCLC, First line treatment, Cisplatin, Combination chemotherapy


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 6 - N° 2

P. 121-125 - mai 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les essais cliniques peuvent-ils améliorer la survie globale du cancer bronchique ?
  • A. Boucly, G. Zalcman
| Article suivant Article suivant
  • Stratégie de maintenance dans les carcinomes bronchiques non à petites cellules de stade IV
  • V. Bunel, M. Pérol

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;