S'abonner

Patients ayant un cancer du poumon EGFR muté : impact des biopsies liquides en pratique clinique - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.240 
A. Pujals 1, M. Ollier 1, F. Vinas 2, L. Jabot 2, C. Locher 3, A. Mairovitz 4, Y. Allory 1, I. Monnet 2, C. Chouaid 2, G. Rousseau Bussac 2,
1 CHU Henri-Mondor, Créteil, France 
2 CHI Créteil, Créteil, France 
3 Centre hospitalier de Meaux, Meaux, France 
4 CHI Villeneuve, Villeneuve Saint-Georges, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Il y a peu de données sur l’impact clinique des biopsies liquides (BL) chez les patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) EGFR mutés ou avec forte suspicion de mutation EGFR.

Méthodes

Il s’agit d’une analyse de cohorte des BL faites depuis avril 2016 (mise en place du test) chez les patients atteints de CBNPC et suivis dans 3 hôpitaux parisiens. Les BL étaient prélevées dans 2 situations cliniques distinctes : (1) au diagnostic, chez les patients avec une forte probabilité de mutation EGFR (pas de possibilité de biopsies, adénocarcinome chez un non-fumeur), (2) en surveillance, à la recherche de la mutation T790 M, chez les patients EGFR mutés sous traitement par inhibiteur de tyrosine kinase (ITK) de première ou deuxième génération.

Résultats

1. Au diagnostic initial : parmi les 113 patients inclus, 28 (24,7 %) n’avaient pas de biopsie de tissu réalisable et la BL a identifié une mutation activatrice de l’EGFR dans 5/28 (17,9 %) des cas ; 85 (75,3 %) cas avaient une biopsie de tissu, les BL et tissulaires étaient négatives dans 61 cas, positives dans 11 cas, et discordantes dans 13 cas (mutation EGFR sur la biopsie tissulaire seule, 11 cas, sur la BL seule, 2 cas). 2. En monitoring, 42 patients mutés EGFR ont eu une BL ; la BL était négative (ni mutation initiale, ni T790 M) chez les 18 patients non progresseurs cliniquement ; chez les 24 patients en progression clinique ou RECIST, la BL a mis en évidence une mutation T790 M chez 8 patients avant qu’une biopsie tissulaire soit réalisée ; pour les 16 autres patients où nous disposons de la BL et de la rebiopsie à la progression, les deux sont négatives pour la T790 M dans 7 cas, les deux sont positives pour la T790M dans 2 cas, et discordantes dans 7 cas. (T790 M uniquement sur la biopsie tissulaire dans 4 cas, seulement sur la BL dans 3 cas).

Conclusion

Au diagnostic, la BL permet de mettre en évidence une mutation EGFR chez 17,9 % (5/28) de patients chez lesquels il n’y a pas de biopsie tissulaire possible et est le seul examen positif dans 8,3 % (2/24) des cas avec biopsie tissulaire. En monitoring, la BL était le seul test positif pour la T790M dans 11/17 (64,7 %) des cas. La BL apparaît comme un test ayant un impact clinique important dans la prise en charge des patients avec CBNPC EGFR mutés. Des recommandations sur le rythme de réalisation lors du monitoring sont nécessaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A110 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le cancer bronchique dans un service de pneumologie : étude de série de 640 cas
  • F. Adila, F. Ziane, F. Chiba, S. Guediri, A. Benzadi, A. Zitouni
| Article suivant Article suivant
  • Apport de la réunion de concertation pluridisciplinaire dans la prise en charge des malades cancéreux
  • N. Boutahiri, H. Zahi, L. Senhaji, M. Serraj, B. Amara, M. El Biaze, M.C. Benjelloun

Déjà abonné à cette revue ?