S'abonner

Le sevrage tabagique en oncologie thoracique - 14/05/13

Smoking cessation therapy in thoracic oncology

Doi : 10.1016/j.rmr.2013.02.017 
A.-M. Ruppert a, , b , F. Amrioui a, V. Gounant a, c, M. Wislez a, b, F. Bouvier a, J. Cadranel a, b
a Unité de tabacologie, service de pneumologie, hôpital Tenon, Assistance Publique–Hôpitaux de Paris, 4, rue de la Chine, 75970 Paris cedex 20, France 
b GRC-UPMC 04 Theranoscan, faculté de Médecine Pierre-et-Marie-Curie, université Paris 6, Paris, France 
c Service de chirurgie thoracique, hôpital Tenon, Assistance Publique–Hôpitaux de Paris, Paris, France 

*Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 14 mai 2013
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

En France, le nombre de décès liés au tabac est estimé à 73 000/an, dont 44 000 par cancer et plus de 20 000 par cancer bronchique (CB). La lutte contre le tabac est la mesure la plus efficace pour limiter l’épidémie du CB et le sevrage tabagique est un élément important dans la prise en charge des patients atteints de CB quel que soit le stade. Dans les cancers localisés, la poursuite du tabac est associée à une diminution de la survie suite au risque accru de récidive ou de deuxième cancer. En période périopératoire, le sevrage tabagique permet de limiter les complications infectieuses et la durée d’hospitalisation. Quel que soit le stade du cancer, le sevrage permet d’améliorer la dyspnée, l’appétit et l’asthénie, ce qui se traduit par une meilleure qualité de vie. Le fort pouvoir addictif du tabac avec dépendance physique, psychologique et comportementale explique le taux élevé de récidive tabagique d’environ 80 %, un an après le sevrage. La substitution nicotinique est indiquée en cas de dépendance physique à la nicotine. Les thérapies cognitives–comportementales permettent d’aider le fumeur à se débarrasser de son addiction et ont une place dans la prévention de la rechute.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

In France, the number of tobacco-related deaths is estimated at 73,000 per year, including 44,000 from cancer and more than 20,000 from lung cancer (LC). Smoking cessation is the most effective measure to reduce the epidemic of LC, but it is also important in the management of patients with LC regardless on stage. In localized cancers, continuing to smoke is associated with decreased survival by increasing the risk of recurrence and of developing a second cancer. During the perioperative period, smoking cessation reduces infectious complications and length of hospitalization. At all stages of the cancer, smoking cessation improves dyspnoea and appetite, and reduces fatigue, leading to improved quality of life. Tobacco addiction causes a strong physical, psychological and behavioral dependence, explaining the high rate of recurrence at 1year of approximately 80%. Nicotine replacement therapy is indicated in cases of physical addiction to nicotine. Cognitive behavioral therapy helps the smoker to get rid of the smoking habit and is important in preventing relapse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer bronchique, Tabac, Sevrage tabagique, Dépendance

Keywords : Lung cancer, Tobacco, Tobacco cessation, Dependence


Plan


© 2013  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Déjà abonné à cette revue ?