S'abonner

Bénéfice à l’évaluation moléculaire en routine pour les cancers bronchiques métastatiques - 14/11/16

Doi : 10.1016/j.rmr.2015.12.009 
C. Fournier a, , L. Greillier a, b, F. Fina b, c, V. Secq d, I. Nanni-Metellus b, c, A. Loundou e, S. Garcia d, L. Ouafik b, c, P. Tomasini a, b, F. Barlesi a, b
a Service d’oncologie multidisciplinaire et innovations thérapeutiques, Aix-Marseille université, Assistance publique–Hôpitaux de Marseille, chemin des Bourrely, 13915 Marseille cedex 20, France 
b Faculté de médecine, Aix-Marseille université, Inserm U911 CRO2, 13915 Marseille, France 
c Laboratoire de transfert d’oncologie biologique, Aix-Marseille université, Assistance publique–Hôpitaux de Marseille, 13915 Marseille, France 
d Laboratoire d’anatomie pathologique, Aix-Marseille université, Assistance publique–Hôpitaux de Marseille, 13915 Marseille, France 
e Unité de recherche en santé publique, maladies chroniques et qualité de vie, EA 3279, Aix-Marseille université, 13915 Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

En France, six altérations moléculaires sont évaluées dans les cancers bronchiques non à petites cellules non épidermoïde. Quel est l’impact global sur la survie des malades ayant un adénocarcinome d’emblée métastatique ?

Patients et méthodes

Étude rétrospective monocentrique ayant inclus tous les patients présentant un adénocarcinome pulmonaire d’emblée métastatique sur une période de 2ans. Les caractéristiques cliniques, biologiques, thérapeutiques et le devenir ont été collectés.

Résultats

Au total, 261 patients ont été inclus ; une altération moléculaire était trouvée chez 43,5 % des patients : réarrangement EML4-ALK (2,1 %), mutations d’EGFR (10,3 %), KRAS (27,7 %), BRAF (2,5 %), HER2 (0,8 %), et PI3KCA (0,8 %). Parmi les patients avec une altération moléculaire, les patients ayant reçu un traitement bioguidé présentaient (n=32) une médiane de survie globale de 21,1 mois (IC95 % : 14,7–27,5) alors que les patients n’ayant pas reçu de traitement bioguidé (n=79) avaient une médiane de survie globale de 6,6 mois (IC95 % : 4,3–8,9) ; les patients sans altération moléculaire identifiée (n=150) avaient une médiane de survie globale de 9,7 mois (IC95 % : 6,7–11,7 ; p<0,001).

Conclusions

Le screening moléculaire systématique proposé par l’Inca conduit à la découverte d’une altération chez environ un malade sur deux présentant un adénocarcinome bronchique métastatique et influence significativement la survie en cas de traitement bioguidé disponible, justifiant les efforts de recherche dans ce domaine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

EGFR tyrosine kinase inhibitors and crizotinib are nowadays the optimal treatment for metastatic lung cancer with activation of EGFR mutations and ALK rearrangement. In addition, several targeted agents are in development for lung cancer with other oncodrivers. In France, since 2011, six oncodrivers are routinely tested in patients with stage IV. The aim of this study was to assess whether systematic detection of oncodrivers and matched targeted therapy improve overall survival in patients with advanced lung adenocarcinoma.

Methods

This study included all consecutive patients treated in our department for advanced lung adenocarcinoma from January 2012 to December 2013. We studied the impact in survival according to the presence of the driver and the targeted therapy.

Results

Among the 261 patients included, oncodrivers alterations were found in 43.5% of patients: EML4-ALK fusion genes (2.1%), EGFR (10.3%), KRAS (27.7%), BRAF (2.5%), HER2 (0.8%), and PI3KCA (0.8%) mutations. Twenty-nine percent of patients (n=32) with oncodrivers received matched targeted therapy. Patient treated by targeted agent appropriate to an oncogenic driver had a median survival of 21.1 months (95% CI: 14.7–27.5). The patients (n=79) who did not receive targeted therapy had a median survival of 6.6 months (95% CI: 4.3–8.9). The patients (n=150) without identified driver had a median survival of 9.7 months (95% CI: 6.7–11.7); P<0.001.

Conclusion

An actionable oncodriver was routinely detected in nearly half of patients with advanced lung adenocarcinoma. This systematic detection may influence treatment outcomes, notably with matched targeted therapy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer bronchique, Biomarqueur, Thérapie ciblée, Essai clinique

Keywords : Lung cancer, Oncogenic driver, Targeted therapy, Clinical trial


Plan


© 2016  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 9

P. 751-756 - novembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial board
| Article suivant Article suivant
  • Score inflammatoire de Glasgow et cancer bronchique : une aide pour hospitaliser aux urgences
  • J. Gorham, L. Ameye, M. Paesmans, T. Berghmans, J.P. Sculier, A.-P. Meert

Déjà abonné à cette revue ?

;