S'abonner

Apport de l’hélium dans un programme de réhabilitation respiratoire pour patients porteurs d’une BPCO sévère ; étude randomisée en double aveugle - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.089 
D. Gindre 1, , P. Surpas 1, M.T. Garcia-Tejero 1, D. Ndeli 2
1 Comité départemental d’hygiène sociale, Charnay, France 
2 Pôle IMER-HCL, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’hélium, en raison de ses propriétés physiques (fluidité) améliore les débits ventilatoires. Son utilisation dans des programmes de réhabilitation de patients BPCO a montré des résultats contradictoires [2, 1]. Notre hypothèse d’une amélioration de l’endurance plus importante sous mélange He :O2 (80/20 %), par comparaison avec l’air ambiant, dans le réentraînement à l’exercice des patients BPCO sévères, a été testée dans une étude randomisée en double aveugle.

Méthodes

Sur 53 patients BPCO sévères (VEMS<50 % ; PaO2>50mm de Hg), 45 ont été randomisés en deux groupes : hélium (n=23) et air (n=22). Les deux groupes ont effectué 15 séances de réentraînement à l’exercice de 30 mn, 5 fois par semaine, dans le cadre d’un programme de réhabilitation respiratoire en hospitalisation complète de 4 semaines, identique pour les deux groupes. À l’inclusion et en fin de programme, les patients ont été évalués par une épreuve d’endurance en air à 80 % de la Wmax et un test de marche de 6mn effectué une fois par semaine pour objectiver la cinétique de l’amélioration.

Résultats

À l’issue du programme, l’amélioration de l’endurance pour les deux groupes ne montre pas de différence significative (He : +1,6mn=+42 %, Air : +1,55mn=+34 %). La cinétique de l’amélioration de l’endurance est non significativement différente entre les deux groupes : 87m soit 91 % de l’amélioration du TDM6 sous He et 77m soit 73 % en air, sont obtenus après 10 séances (soit deux semaines).

Conclusion

Chez les patients BPCO sévères, l’utilisation du mélange He–O2 pour le réentraînement à l’exercice n’apporte pas d’amélioration de l’endurance supérieure à l’air ambiant au terme d’un programme de réhabilitation respiratoire. Le mélange He–O2 n’améliore pas la cinétique de progression de l’endurance en particulier au début de la réhabilitation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A42-A43 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • 395 patients asthmatiques revus à 1 an après éducation thérapeutique : effets positifs surtout en cas de profils sociodémographiques à risque
  • C. Maurer, N. Douali, M. Nozick, S. Viste, M. Bensalem, S. Honiat, J. Piquet
| Article suivant Article suivant
  • Observance de la déambulation sous oxygénothérapie en vie réelle des patients en insuffisance respiratoire chronique : données à 1 an de l’étude ACTIMETRE
  • A. Palot, D. Piperno, L. Lerousseau, F. Leguillou, G. Jebrak, A. Chaouat, G. Giannoli, D. Perrin, E. Leutenegger

Déjà abonné à cette revue ?

;