S'abonner

Intérêt de l’évaluation de la commande ventilatoire après une admission pour exacerbation de BPCO pour déterminer le pronostic au long terme - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.024 
M. Patout 1, , E. Lhuillier 1, G. Arbane 2, E.S. Suh 2, N. Hart 2, P.B. Murphy 2
1 Service de pneumologie, oncologie thoracique, soins intensifs respiratoires, Bois Guillaume, France 
2 Lane Fox respiratory unit, London, Grande-Bretagne 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’évaluation de la commande ventilatoire par la mesure de l’EMG parasternal permet de prédire le risque de réadmission à 28jours au décours d’une hospitalisation pour exacerbation de BPCO. Notre objectif était d’évaluer l’intérêt de cette mesure pour la prédiction de la mortalité à long terme au décours d’une exacerbation de BPCO.

Méthodes

Analyse post-hoc d’une cohorte prospective ayant inclut des patients hospitalisés pour une exacerbation sévère de BPCO et chez lesquelles étaient réalisées des mesures quotidiennes de la commande ventilatoire par le biais d’une EMG parasternal. L’EMG parasternal mesure l’activité électrique de surface des muscles du deuxième espace intercostal. La commande ventilatoire correspond à l’activité de l’EMG parasternal au repos, rapportée à l’activité électrique maximale mesurée lors de manœuvres de sniff. La survie des patients inclus dans l’étude princeps 1 a été recueillie 4 ans après la fin des inclusions.

Résultats

Parmi les 120 patients inclus, 69 (58 %) sont décédés. La durée de suivi moyenne était de 3,3±1,8 ans (Fig. 1). La première cause de mortalité était une cause respiratoire (n=29, 40 %). A la sortie d’hospitalisation, une utilisationde 15 % de la commande ventilatoire était associée à un mauvais pronostic avec une médiane de survie de 998jours contre 2002 lorsque cette dernière était inférieure à 15 % : HR 1,89 [IC95 % 1,20–3,10], p=0 ;009, log-rank. En analyse multivariée, les facteurs associés à un mauvais pronostic était une utilisationde 15 % de la commande ventilatoire (HR 2,15 [IC95 % 1,30–5,55], p :0,003), un âge supérieur à 71 ans (HR 2,04 [IC95 % 1,24–3,35], p :0,005), une PaCO2 à l’admission supérieure à 5,56kPa (HR 1,81 [IC95 % : 1,08–3,03]) et la prescription antérieures d’oxygénothérapie longue durée (HR 3,34 [IC95 % 1,69–6,61], p :0,001).

Conclusion

Nos résultats suggèrent que la mesure de la commande ventilatoire par EMG parasternal à la sortie d’hospitalisation pour une exacerbation de BPCO est un facteur indépendant de mortalité à long termes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A10 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndromes de chevauchement asthme-BPCO (ACOS) : étude de la prévalence et des caractéristiques des ACOS parmi la cohorte de BPCO du CHU d’Amiens
  • M. Drucbert, C. Andrejak, V. Jounieaux
| Article suivant Article suivant
  • Étude observationnelle FAS chez des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique traités par pirfénidone en vie réelle en France
  • S. Jouneau, A.S. Gamez, J. Traclet, H. Nunes, S. Marchand-Adam, R. Kessler, D. Israël-Biet, R. Borie, I. Strombom, A. Scalori, B. Crestani, D. Valeyre, V. Cottin

Déjà abonné à cette revue ?

;