S'abonner

Impact d’Achromobacter xylosoxidans sur la fonction ventilatoire de patients adultes atteints de mucoviscidose - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.045 
M. Tetart 1, , M. Kyheng 2, F. Wallet 3, O. Le Rouzic 4, B. Wallaert 4, A. Prevotat 5
1 HPDD, Lille, France 
2 Statistiques, Lille, France 
3 Bactériologie, Lille, France 
4 Pneumologie immuno-allergologie, Lille, France 
5 CRCM, Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La prévalence d’Achromobacter xylosoxidans (Ax) dans la population atteinte de mucoviscidose augmente. L’impact de cette colonisation reste peu étudié et controversé. L’objectif de notre étude était d’évaluer les conséquences de la colonisation par Ax sur la fonction respiratoire et sur le nombre d’exacerbations chez des patients atteints de mucoviscidose.

Méthodes

Nous avons mené une étude cas/témoins au sein du Centre de Ressources et de Compétence pour la Mucoviscidose adulte de Lille durant la période qui s’étendait d’un an avant la mise en évidence de la bactérie et jusque trois ans après. De 2011 à 2017, 36 cas ont été collectés définis par au moins une culture de crachats positive pour Ax. 36 témoins ont été appariés sur l’âge, le sexe et la colonisation à Pseudomonas aeruginosa (Pa).

Résultats

Le VEMS au moment de la mise en évidence de l’Ax était plus bas chez les cas que chez les témoins (p=0,0052). Le déclin du VEMS chez les cas était plus important que chez les témoins à partir de la mise en évidence de l’Ax (−154mL par an pour les cas, versus64mL par an chez les témoins, p=0,0003). Les exacerbations dans les trois ans qui suivaient la mise en évidence de l’Ax étaient plus fréquentes chez les patients colonisés à Ax (médiane à 9 versus 7, p=0,0334). De même, les antibiothérapies par voie intraveineuse (médiane à 3 versus 2, p=0,0459) étaient plus nombreuses dans le groupe cas que dans le groupe témoins au cours de la deuxième année après la découverte de l’Ax. En analyse en sous-groupes, les patients co-colonisés par Pseudomonas aeruginosa et Achromobacter xylosoxidans (n=27, 75 %) présentaient un déclin plus prononcé du VEMS (p=0,003), et un nombre d’exacerbations plus accru (p=0,037) l’année après la mise en évidence. Par ailleurs, les patients colonisés de manière chronique à Ax (n=23, 64 %) semblaient présenter plus d’exacerbations que ceux colonisés de manière intermittente (p=0,044, au cours de la deuxième année) mais on ne notait pas de différence sur la pente du VEMS.

Conclusion

La colonisation respiratoire par Achromobacter xylosoxidans semble donc jouer un rôle essentiel dans l’évolution des patients atteints de mucoviscidose à la fois sur le déclin fonctionnel respiratoire, sur le nombre d’exacerbations infectieuses et sur les prescriptions antibiotiques. Et ce d’autant plus que les sujets sont colonisés de manière chronique par Ax ou/et de manière concomitante par Pseudomonas aeruginosa. D’autres études sont nécessaires pour élaborer des recommandations.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A22 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude SIMETOL : évaluation de la tolérance et l’efficacité d’une procédure innovante de drainage bronchique assistée par Simeox® dans la mucoviscidose en alternative à la kinésithérapie respiratoire conventionnelle
  • P. Giovannetti, L. Morin, O. Lafforgue, S. Poncet, J. Favier, M. Reynaud-Gaubert
| Article suivant Article suivant
  • Orientation des réponses humorales IgE et IgG anti-aspergillaires et activité mastocytaire chez le patient atteint de mucoviscidose
  • J. Vitte, C. Gomez, J.C. Dubus, N. Stremler-Le Bel, N. Dufeu, M. Baravalle-Einaudi, B. Coltey, A. Carsin, A. Nieves, M. Gouitaa, J.L. Mege, S. Ranque, M. Reynaud-Gaubert

Déjà abonné à cette revue ?

;