S'abonner

Analyses des risques concurrents de progression systémique ou au niveau du système nerveux central chez des patients avec CBNPC EGFR muté ayant reçu de l’afatinib dans les études LUX-Lung 3, 6 et 7 - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.070 
Y.L. Wu 1, J.C.H. Yang 2, V. Hirsh 3, K. O’byrne 4, N. Yamamoto 5, S. Popat 6, A. Tamiya 7, A. Märten 8, M. Schuler 9, N. Girard 10,
1 Guangdong General Hospital and Guangdong Academy of Medical Sciences, Guangzhou, Chine 
2 National Taiwan University Hospital and National Taiwan University Cancer Center, Taipei, Taiwan, République de Chine 
3 McGill University, Montréal, Canada 
4 Princess Alexandra Hospital, Brisbane, Australie 
5 Wakayama Medical University, Wakayama, Japon 
6 The Royal Marsden Hospital, Londres, Grande-Bretagne 
7 Kinki-Chuo Chest Medical Center, Osaka, Japon 
8 Boehringer Ingelheim International GmbH, Ingelheim Am Rhein, Allemagne 
9 West German Cancer Center, University Hospital Essen, University Duisburg-Essen, Essen, Allemagne 
10 Institut Curie, Institut du Thorax Curie Montsouris, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les métastases au niveau du SNC sont une complication connue du CBNPC avancé EGFR muté (m+), et les études LUX-Lung (LL) évaluant afatinib autorisaient l’inclusion de patients avec métastases cérébrales (MC). LL3, 6 et 7 ont déjà démontré l’efficacité d’afatinib chez des patients avec MC, avec un niveau d’amélioration de survie sans progression (SSP) pour afatinib vs chimiothérapie ou gefitinib comparable à celui observé chez les patients sans MC (HR 0,54, 0,47, et 0,76 dans LL3, 6 et 7, respectivement) [2, 1]. La SSP a été significativement améliorée avec afatinib vs chimiothérapie dans une analyse combinée de LL3 et 6 chez des patients avec MC asymptomatiques (HR 0,50, p=0,0297) [1]. Afin d’évaluer la capacité d’afatinib à prévenir une progression/métastases au SNC, des analyses de risques concurrents de progression et le profil des métastases dans le SNC ou hors SNC ont été réalisées chez les patients avec ou sans MC dans LL3, 6 et 7.

Méthodes

Des analyses de risques concurrents ont été réalisées chez des patients avec CBNPC EGFR m+ de stade IIIB/IV ayant reçu afatinib 40mg/j dans LL3, 6 ou 7. Les analyses étaient réalisées séparément pour les patients avec et sans MC à l’inclusion. Le risque de progression au SNC vs progression non-SNC ou décès était calculé sur la base de la fréquence cumulative de l’évènement d’intérêt vs l’évènement de risque concurrent.

Résultats

Chez les patients avec MC à l’inclusion recevant afatinib dans LL3 et 6 (n=48 ; suivi médian 10,3 mois), 31,3 % ont eu une progression au SNC vs 52,1 % avec progression non-SNC ; l’incidence cumulative (SNC vs non-SNC) était de 15,5 % vs 17,7 % à 6 mois, et 24,5 % vs 24,4 % à 12 mois. Chez les patients sans MC à l’inclusion recevant afatinib dans LL3, 6 et 7 (n=485 ; suivi médian 13,0 mois), le risque de progression de novo au SNC était très faible (6,4 %) comparé à une progression non-SNC (78,4 %) ; l’incidence cumulative (SNC vs non-SNC) était de 1,3 % vs 17,2 % à 6 mois, et 2,6 % vs 41,2 % à 12 mois.

Conclusion

Les analyses de risques concurrents à partir des données de LL3, 6 et 7 s’ajoutent aux preuves existantes soutenant l’utilisation d’afatinib chez les patients CBNPC EGFR m+ avec métastases au niveau du SNC. Ces résultats montrent qu’afatinib retarde l’apparition/progression de MC.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A39 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Biomarqueurs France : résultats à long terme du profilage moléculaire en routine des cancers bronchiques non à petites cellules
  • F. Barlesi, D. Debieuvre, V. Westeel, H. Léna, R. Veillon, I. Monnet, B. Besse, C. Audigier-Valette, R. Lamy, L. Moreau, P. Foucher, A. Langlais, J.P. Merlio, J. Mosser, I. Rouquette, L. Ouafik, F. Escande, J. Mazières, J. Cadranel, G. Zalcman, P.J. Souquet
| Article suivant Article suivant
  • Dépistage du cancer du poumon en France : acceptabilité et impact sur le sevrage tabagique : 2 ans d’expérience du programme LunaScan
  • S. Gendarme, L. Boyer, Q. Gibiot, A. Boudjemaa, B. Maître, S. Jérôme, I. Hanash, B. Housset, C. Chouaid

Déjà abonné à cette revue ?

;