S'abonner

Apport de la discussion multidisciplinaire pour le diagnostic de sarcoïdose cardiaque - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.105 
S. Chauveau 1, , F.X. Goudot 2, P.Y. Brillet 3, M. Soussan 4, O. Freynet 1, C. Meune 2, D. Valeyre 1, H. Nunes 1, D. Bouvry 1
1 Service de pneumologie, centre de référence des maladies pulmonaires rares (site constitutif), AP–HP, Hôpital Universitaire Paris Seine Saint-Denis, Bobigny, France 
2 Service de cardiologie, AP–HP, Hôpital Universitaire Paris Seine Saint-Denis, Bobigny, France 
3 Service de radiologie, AP–HP, Hôpital Universitaire Paris Seine Saint-Denis, Bobigny, France 
4 Service de médecine nucléaire, AP–HP, Hôpital Universitaire Paris Seine Saint-Denis, Bobigny, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le diagnostic de sarcoïdose cardiaque est difficile et crucial car il engage le pronostic vital. Plusieurs sociétés savantes ont proposé des critères diagnostiques s’appuyant sur des cohortes hétérogènes, notamment le Japanese Ministry of Health and Welfare (JMWH) et l’Heart and Rythm Society (HRS). Le but était d’évaluer l’apport d’une discussion multidisciplinaire (DMD) pour la mise en évidence de l’atteinte cardiaque par rapport aux critères diagnostiques JMWH et HRS, de déterminer la performance diagnostique des différents examens et d’analyser les facteurs prédictifs d’événements cardiaques sévères (ECS).

Méthodes

Entre mars 2015 et février 2018, une DMD a confronté les données cliniques, électrocardiographiques (ECG), du Holter ECG, de l’échographie cardiaque, de l’imagerie par résonnance magnétique cardiaque (IRMc) et de la tomographie à émission de positons (TEP-scanner) dédiée chez tous les patients consécutifs ayant une suspicion de sarcoïdose cardiaque suivis dans le service de pneumologie de l’hôpital Avicenne.

Résultats

La DMD a retenu une atteinte cardiaque chez 26 des 105 patients discutés (24,7 %) contre 8 patients (7,6 %) et 40 patients (38 %) en appliquant les critères JMWH et HRS, respectivement. Des investigations complémentaires de contrôle ou nécessaires à l’exclusion d’un diagnostic différentiel ont été demandées dans 18 cas. La présence de symptômes cliniques et/ou électriques et/ou échographiques évocateurs d’une atteinte spécifique avait une sensibilité (Se) de 65 % et une spécificité (Sp) de 36 %. La Se et la Sp de l’IRMc étaient de 92 % et 86 %, et de 40 % et 94 % pour le TEP scanner. Au terme d’un suivi de 23,4±1,6 mois, 13 patients ont présenté des événements cardiaques sévères. Les facteurs prédictifs de leur survenue en analyse multivariée étaient l’atteinte cardiaque retenue en DMD (HR=17 [1,61–187]) et celle selon les critères JMWH (HR=3,77 [1,093–13,01]). Dans les cas de sarcoïdose cardiaque confirmée, l’existence d’une fixation myocardique au TEP-scanner était corrélée aux événements cardiaques sévères. (p<0,0001) et permettait de guider le traitement immunosuppresseur.

Conclusion

Le diagnostic de sarcoïdose cardiaque posé en DMD, plus précis que celui basé sur les critères d’une société cardiologique (HRS 2014), est plus associé aux évènements cardiaques sévères. Cette étude souligne la nécessité d’adapter l’algorithme diagnostique à la population pneumologique et le rôle d’une approche multi-modale combinant IRMc et TEP-scanner lors d’une DMD.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A56 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact de la biopsie pulmonaire chirurgicale sur la fonction respiratoire dans la fibrose pulmonaire idiopathique
  • P.H. Aussedat, N. Chebib, K. Ahmad, J.C. Glerant, J.M. Maury, M. Nasser, F. Thivolet-Bejui, J. Traclet, S. Turquier, L. Chalabreysse, F. Tronc, V. Cottin
| Article suivant Article suivant
  • Contamination fongique des instruments à vent : conséquence clinique et immunologique pour les musiciens
  • T. Soumagne, G. Reboux, F. Allibe, P. De Vuyst, J.C. Dalphin

Déjà abonné à cette revue ?

;