S'abonner

Prise en charge hospitalière des exacerbations de BPCO et impact sur les réadmissions en France - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.124 
L. De Léotoing 1, , B. Melloni 2, A. Cavailles 3, T. Flament 4, G. Berthon 4, F. Raguideau 1, R. Jolivel 1, D. Caumette 5, K. Le Lay 5, L. Luciani 5
1 HEVA, Lyon, France 
2 CHU Limoges, Limoges, France 
3 CHU Nantes, Nantes, France 
4 CHRU Tours, Tours, France 
5 Boehringer Ingelheim France, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les exacerbations constituent des complications fréquentes chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et leur impact sur la qualité de vie des patients est majeur. L’objectif de cette étude est de décrire la prise en charge hospitalière des exacerbations de BPCO et d’en estimer le coût.

Méthodes

L’exhaustivité du Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) a permis de construire cette étude de cohorte rétrospective à l’échelle nationale. Les patients atteints de BPCO âgés de 40 ans et plus ayant été hospitalisés pour une exacerbation de leur BPCO entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016 ont été inclus. Deux algorithmes d’identification des exacerbations de BPCO basés sur les codes CIM-10 (Classification Internationale des Maladies) et édités par Santé publique France ont été utilisés : strict et large (pour prendre en compte d’éventuels transferts de codage et vérifier la robustesse des tendances au cours du temps). Chaque patient inclus avant le 30 juin 2016 a été suivi 6 mois après sa date d’inclusion et les nouvelles hospitalisations pour exacerbation de BPCO ont été identifiées, selon les mêmes algorithmes. Les coûts associés aux hospitalisations pour exacerbations ont été estimés en utilisant les tarifs des Groupes homogènes de séjours (GHS) applicables à la période étudiée et exprimés en Euro 2018.

Résultats

Les résultats de l’algorithme strict sont présentés. Au total, 133 618 patients ont été hospitalisés pour une exacerbation de BPCO en 2015 et/ou 2016 : 74 460 en 2015 et 74 518 en 2016 (+0,08 %). La durée moyenne du premier séjour de 2015/2016 était de 10,3±9,1jours. L’âge moyen des patients était de 74±12,2 ans ; 62,2 % étaient des hommes. 10 798 patients (8,1 %) sont décédés à l’issue de ce séjour. 112 243 patients (84 %) n’avaient eu aucune hospitalisation pour exacerbation de BPCO dans les 2 années précédentes. Parmi les 108 928 patients inclus avant le 30 juin 2016, 18 018 (16,5 %) ont été réhospitalisés pour un motif identique dans les 6 mois. Le coût moyen de cette réhospitalisation pour exacerbation de BPCO dans les 6 mois suivant la première était de 4800,94±4490,06 €.

Conclusion

Cette étude confirme le fort impact épidémiologique et économique des hospitalisations pour exacerbations de BPCO en France. De nouvelles prises en charge et programmes d’éducation thérapeutique pourraient permettre d’éviter les exacerbations et réhospitalisations, et ainsi de limiter les dépenses associées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A66 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation d’une nouvelle technologie de drainage bronchique versus kinésithérapie manuelle dans la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
  • F. Mihaltan, L. Morin, C. Borcea, A. Constantin, A. Pahontu, L. Marinescu, V.C. Cosei
| Article suivant Article suivant
  • Prévalence de la sarcopénie chez des patients obstructifs chroniques hospitalisés en pneumologie au CHU de Clermont-Ferrand
  • L. Perrot, A. Greil, N. Farigon, Y. Boirie, F. Costes, A. Mulliez, D. Caillaud

Déjà abonné à cette revue ?

;