S'abonner

Prise en charge par PPC en ambulatoire du SAOS pédiatrique - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.144 
A. Metchedjin 1, F. Massip 2, D. Koehrer 3, C. Mouchard 4,
1 Libéral, Chenove, France 
2 ORL libéral, Dijon, France 
3 ORL, Dijon, France 
4 Infirmiere appareillage, Dijon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le syndrome d’apnée du sommeil pédiatrique, depuis quelques années, représente un véritable problème quant à la disponibilité et le nombre d’unité spécialisé à la prise en charge optimale. Bien que la prise en charge chirurgicale soit le gold standard de la prise en charge et suffit généralement à régler le problème chez la plupart des enfants, il persiste chez certains des anomalies respiratoires nocturnes probantes qui justifient temporairement une prise en charge par pression positive continue, en association aux autres techniques orthodontiques et de rééducation linguales proposées.

Méthodes

Nous présentons une étude longitudinale descriptive sur la prise en charge du syndrome d’apnée obstructive du sommeil résiduel post-adeno amygdalectomie d’enfants de 6 à 14 ans pris en charge en ambulatoire dans le cadre d’une pratique libérale de janvier 2016 à août 2018. Ils ont tous bénéficié d’un enregistrement du sommeil type 2 et/ou type3 avant et après la prise en charge ORL. Une capnographie pré-appareillage a été réalisé en ambulatoire. Un appareillage avec suivi post-appareillage réalisé au domicile avec aide de l’infirmière de prestation.

Résultats

Des 307 enfants enregistrés sur cette période, 23 ont été appareillés par PPC (6–14 ans). On note une légère prédominance masculine (14/23). Les principaux symptômes résiduels sont l’asthénie diurne (23/23), les difficultés de concentration, l’agitation nocturne respectivement (10/23), le ralentissement de la croissance (5/23). L’IAH résiduel post-adénectomie variait de 7 à 35 par heure. Le delta capnie (plus basse et plus basse) variait de 8 à 22mmHg. L’appareillage était réalisé avec une S10 de chez RESMED. Le mode était auto-piloté chez 18/23, en utilisant un masque nasal chez 14/23. Le taux de fuites variait de 10 à 26 litres minutes et l’observance de 4h28 à 9h37.

Conclusion

La prise en charge totalement ambulatoire de l’enregistrement à la mise en route de la PPC pour le SAOS pédiatrique est faisable et cela rendrait plus disponible les plages hospitalières pour des pathologies du sommeil plus complexes et ainsi diminuerait les délais de prise en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A75 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Troubles respiratoires du sommeil dans les maladies neuromusculaires : intérêt de la polygraphie de ventilation
  • S. Aouadi, S. Kartas, S. Mkaddem, I. Sahnoun, S. Maalej, L. Douik-Elgharbi
| Article suivant Article suivant
  • Enquête de pratique sur la toux chronique
  • L. Guilleminault

Déjà abonné à cette revue ?

;