S'abonner

Évaluation de la toxicité musculaire de la chimiothérapie lors d’une épreuve fonctionnelle à l'exercice - 03/04/19

Assessment of muscular toxicity due to chemotherapy by cardio-pulmonary exercise testing

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.11.006 
A. Secq a, , J. Coquart b , G. Prum a, A. Dujon c, B. Madru d, A. Radji e, D. Stepowski f, M. Netchitailo a, D. Maure a, A. Molina a, A. Boutry a, D. Debeaumont a
a Unité de physiologie respiratoire et sportive, hôpitaux de Rouen, CHU, hôpitaux de Rouen, CHU, 1, rue de Germont, 76031 Rouen, France 
b UFR STAPS, CETAPS, EA3832, université de Rouen, 76130 Mont-Saint-Aignan, France 
c Service de chirurgie thoracique, clinique du Cèdre, 76230 Bois-Guillaume, France 
d Cabinet de pneumologie, 76140 Le Petit-Quevilly, France 
e Service de cancérologie, clinique Saint-Hilaire, 76000 Rouen, France 
f Service de cardiologie, hôpitaux de Rouen, CHU, 76031 Rouen, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’exploration fonctionnelle à l’exercice (EFX) est couramment utilisée pour évaluer l’aptitude aérobie, apprécier la tolérance respiratoire à l’effort ou encore apporter des éléments pronostiques. De ce fait, elle entre souvent dans le bilan préopératoire des patients atteints de cancer. Ce cas clinique présente le bilan d’un patient en instance de chirurgie thoracique pour lequel une baisse importante de l’aptitude aérobie a été constatée en possible lien avec une toxicité de la chimiothérapie.

Observation

Ce cas clinique concerne un homme sportif de 66 ans ayant un carcinome bronchique à grandes cellules. Deux cures de chimiothérapie lui ont alors été prescrites. Une pneumonectomie gauche a ensuite été indiquée. Un bilan préopératoire a été réalisé. L’EFX a permis de constater une stagnation dans la consommation d’oxygène après le premier seuil ventilatoire, malgré une augmentation continue du débit de dioxyde de carbone, du débit ventilatoire, ainsi que la fréquence cardiaque. De plus, la consommation maximale d’oxygène était faible et une diminution du pouls en oxygène au pic de l’effort était observée.

Conclusion

Nous supposons que la limitation à l’effort était liée à une limitation de l’extraction musculaire en oxygène, pouvant être expliquée par une possible toxicité musculaire liée à la chimiothérapie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Cardio-pulmonary exercise testing (CPET) is frequently used to assess aerobic capacity, to evaluate respiratory tolerance and to provide prognostic information. Therefore, CPET is often incorporated in the preoperative assessment of cancer patients. This clinical case report presents the preoperative assessment of a patient before thoracic surgery, in whom an important decrease of aerobic capacity was noted, possibly because of muscular toxicity linked to chemotherapy.

Case report

This clinical case concerns a fit, 66-year-old man with a large cell carcinoma of the bronchus. He had received 2 cycles of adjuvant chemotherapy. Subsequently, a left pneumonectomy had been proposed and preoperative assessment performed. CPET showed no further increase in oxygen uptake after the first ventilatory threshold, in spite of increases in carbon dioxide output, minute ventilation and heart rate. Moreover, maximal oxygen uptake was low and there was a decrease of oxygen pulse at maximal effort.

Conclusion

We suggest that the limitation of effort was due to a limitation of muscular oxygen extraction, which could be explained by possible muscular toxicity due to chemotherapy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Aptitude aérobie, Différence artérioveineuse en oxygène, Limitation périphérique musculaire, Cancer

Keywords : Aerobic capacity, Arterio-venous oxygen difference, Muscular limitation, Cancer


Plan


© 2018  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 3

P. 364-368 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pleurésie hémorragique isolée à Staphylococcus aureus à leucocidine de Panton-Valentine
  • Z. El Ouafi, E.-M. Le Coustumier, A.-L. Fauchais, K. Ly, H. Bezanahary, O. Barraud, A. Cypierre
| Article suivant Article suivant
  • Une pneumopathie interstitielle particulière
  • C. Ducrocq, V. Chaton, B. Wallaert, M. Rémy-Jardin

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;