S'abonner

Quand suspecter une inhalation de corps étrangers chez un enfant ? - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.315 
M. Ferchichi , S. Louhaichi, N. Boubaker, S. Belkhir, M. Ben Bechir, I. Khalfallah, J. Ammar, B. Hamdi, A. Hamzaoui
 Hôpital Abderrahman Mami, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’inhalation de corps étranger (CE), situation fréquente aux urgences pédiatriques, constitue une cause importante de morbidité et de mortalité infantiles. Le diagnostic repose sur l’endoscopie qui montre le CE intrabronchique. Quels éléments faut-il chercher avant d’indiquer la fibroscopie bronchique ? Déterminer les facteurs prédictifs de la présence du CE chez les enfants suspects d’inhalation de CE.

Méthodes

Étude rétrospective comparative menée sur 94 enfants admis pour suspicion d’inhalation de CE à l’hôpital Abderrahman Mami entre janvier 2012 et août 2020. Tous les patients ont eu une fibroscopie souple. Des données démographies, cliniques, paracliniques (examen endoscopique, radio-thorax) et évolutives ont été recueillies. Les enfants ont été divisés en 2 groupes : groupe 1 : présence de CE intrabronchique (n=71), groupe 2 : pas de CE (n=23).

Résultats

L’âge moyen était de 2,2±1,7 ans [9 mois–9 ans]. Le sex-ratio était de1,9. Le délai moyen de consultation était comparable (24 H±18 H vs 72 H±21 H) entre les 2 groupes. Le syndrome de pénétration a été rapporté dans la moitié des cas sans différence significative entre les 2 groupes. La majorité des patients était asymptomatique à l’admission (65 % vs 52 %). Une toux ainsi qu’une anomalie auscultatoire unilatérale (21 % vs 6 % ; p=0,05) étaient significativement associées à la présence de CE (p=0,04 et 0,05 respectivement). L’imagerie était normale dans la majorité des cas dans les 2 groupes (74 % vs 61 %). Mais l’atélectasie (18 % vs 7 % ; p=0,01) ou la visualisation du CE radio opaque (9 % vs 0 % p<0,01) étaient associées à la présence de CE. En étude multivariée, les 2 facteurs prédictifs de la présence de CE sont la présence d’anomalie auscultatoire unilatérale (p=0,045 ; OR=1,2 ; IC[1,187–32,6]) et la visualisation du CE radio opaque, (p=0,027 ; OR=4,5 ; IC[2,30–54,6]).

Conclusion

À partir de cette étude, nous proposons un algorithme diagnostique devant une suspicion d’inhalation de CE. Cette démarche pourrait permettre d’éviter des examens endoscopiques inutiles dans certains cas.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 149 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La rentabilité diagnostique de la ponction biopsie transpariétale échoguidée des lésions thoraciques périphériques : expérience du service
  • L. Elhamdaoui, H. Bamha, H. Arfaoui, H. Jabri, W. Elkhattabi, H. Afif
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la tolérance de la fibroscopie bronchique sous anesthésie locale par un questionnaire
  • I. Laouini, N. Abid, M. Loukil, N. Mahmoud, I. Badri, H. Ghrairi

Déjà abonné à cette revue ?