S'abonner

Évaluation de la tolérance de la fibroscopie bronchique sous anesthésie locale par un questionnaire - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.316 
I. Laouini , N. Abid, M. Loukil, N. Mahmoud, I. Badri, H. Ghrairi
 Service de pneumologie, hôpital Mohamed Taher Maamouri, Nabeul, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La fibroscopie bronchique est un examen de pratique courante en pneumologie réalisé souvent dans un but diagnostique et parfois thérapeutique. Seulement quelques études ont évalué la tolérance et l’acceptabilité de cet acte par les patients. Notre étude vise à étudier la tolérance de ce geste réalisé sous anesthésie locale.

Méthodes

Notre étude est prospective portant sur 100 patients ayant bénéficié d’une fibroscopie bronchique sous anesthésie locale et menée d’un questionnaire.

Résultats

L’âge moyen de nos patients était de 58 ans. Les principales indications de la fibroscopie étaient la suspicion de pathologie tumorale (45 % des cas) et l’exploration d’une hémoptysie (17 % des cas). Tous nos patients ont bénéficié d’une anesthésie locale à la lidocaine 1 % par pulvérisation nasale 10mL (30 %cas) ; 20mL (70 % cas). Des instillations ont été nécessaires en regard des cordes vocales en raison d’une intubation difficile (2mL dans 36 % cas) et au niveau des bronches en raison d’une toux incessantes (2mL dans 68 % cas et 4mL dans 18 % cas). Les principaux gestes per-endoscopiques réalisés étaient la biopsie bronchique dans 40 % et le LBA 9 %. Aucun cas de décès ou de complication majeure n’a été rapporté. Des incidents mineurs ont été notés dans 61 % des cas avec prédominance masculine (63 % vs 56 % avec p=0,05) à type d’hypoxie (désaturation de moins de 4 % ou sat<90 % de plus de une minute) dans 23 cas, tachycardie dans 26 cas, saignement sans hémoptysie dans 26 cas, hémoptysie dans 14 cas et spasmes des cordes vocales dans 12 cas. L’incidence de la désaturation per-endoscopie était corrélée à l’antécédents de pathologie respiratoire chronique (31 % vs 29 % ; p=0,014) et au tabagisme actif (56 % vs 23 % ; p=0,01). Trente-huit patients ont éprouvé un désagrément au cours de la fibroscopie à type de douleur (de siège nasal n=12 et thoracique n=9) et de sensation d’étouffement n=82. Cette sensation d’étouffement était corrélée à la survenue de désaturation (p=0,06), à la survenue de spasme des cordes vocales (p=0,04) et au tabagisme actif (p=0,07) et était plus fréquentes chez les plus jeunes (<60 ans) (p=0,01). Soixante et onze patients ont trouvé cet examen désagréable. Plus que la moitié de notre population (58 cas) refusent de refaire cet examen dans les mêmes conditions et 50 patients préféreraient une anesthésie générale.

Conclusion

Dans nos conditions de réalisation, la tolérance de la fibroscopie bronchique est satisfaisante. Son vécu pourrait être amélioré en agissant sur les plaintes relevées dans notre étude.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 149 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quand suspecter une inhalation de corps étrangers chez un enfant ?
  • M. Ferchichi, S. Louhaichi, N. Boubaker, S. Belkhir, M. Ben Bechir, I. Khalfallah, J. Ammar, B. Hamdi, A. Hamzaoui
| Article suivant Article suivant
  • L’apport de la bronchoscopie dans le diagnostic positif de la sarcoïdose thoracique
  • Z. Benmerzouq, N. Zaghba, H. Benjelloun, N. Yassine

Déjà abonné à cette revue ?