S'abonner

Profil spirométrique des travailleurs d’entreprises de construction de matériels agricoles dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès (Algérie) - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.325 
F. Baraka , C. Kandouci, B.A. Kandouci, O. Ghomari
 Université Djilali Liabes, Sidi Bel-Abbès, Algérie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les travailleurs exposés aux différents toxiques industriels (poussières, fumées et gaz) sont sujets à des maladies respiratoires.

Objectif

Étudier le profil spirométrique des travailleurs d’entreprises de construction de matériels agricoles dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès (Algérie).

Méthodes

Étude descriptive de type transversal, réalisée sur des travailleurs des différentes entreprises de construction de matériels agricoles dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès sur une période de 3 mois de décembre 2019 à février 2020. Ont été inclus dans l’étude les sujets exposés aux différents toxiques industriels (poussières, fumées et gaz). Nous avons procédé à une mesure de souffle respiratoire par mini-spirométrie électronique (PIKO 6), les sujets dont le rapport VEMS/VEMS6<80 %, ont bénéficié d’une spirométrie standard de confirmation qui est définit par un rapport VEMS/CVF<70 %.

Résultats

Notre population d’étude était constituée de 93 salariés, tous de sexe masculin, 69 salariés (74,2 %) avaient VEMS/VEM670 % (sujets dépistés), 9 sujets (9,7 %) avaient 70<VEMS/CV<80 % (sujets à risques) et 15 salaries avaient (16,1 %) VEMS/CV80 %. Pour les salariés dont le rapport VEMS/VEMS6 était<80 % (78 salariés : 83,9 %) une spirométrie standard de confirmation a été effectuée. Cinq salariés (6,41 %) avaient 70<VEMS/CV<80 % et 2 salariés (2,56 %) avaient VEMS/CV70 %. Pour différencier une BPCO d’un asthme, un test de réversibilité a été effectué chez seulement deux salariés dont VEMS/CV70 %. Ce test était incomplètement réversible (augmentation de VEMS de 112mL pour le premier malade et de 43mL pour le deuxième malade), le diagnostic de BPCO a été posé.

Conclusion

La spirométrie est une technique indispensable à l’évaluation des maladies respiratoires chez les travailleurs exposés à différentes nuisances professionnelles mais elle reste insuffisante, surtout dans la phase précoce de la maladie ; elle doit être complétée par d’autres techniques d’évaluation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 153 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Enquête nationale de surveillance épidémiologique du tabagisme chez les enfants en milieu scolaire au Sénégal (Enquête GYTS Sénégal 2020)
  • O. Ba, M.M.D. Ba, J.L. Dieme, M. Gueye, T. Fall, G. Diouf, A. Boye, D. Dia, M. Mbengue
| Article suivant Article suivant
  • Impact de la pollution atmosphérique urbaine sur les paramètres biologiques et la fonction respiratoire chez les mécaniciens à Brazzaville
  • R.G. Bopaka, R.C. Diakouka Diambalou, F.H. Okemba Okombi, E.L.P. Bemba, K.B. Ossale Abacka, P.P. Koumeka, A.A. Abena

Déjà abonné à cette revue ?