S'abonner

Affections respiratoires basses des patients vivant avec le VIH au service de pneumologie du CHNU de Fann : à propos de 83 cas - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.357 
C.F.E. Koudessi , M. Fafa Cisse, Y. Dia Kane, F.B.R. Mbaye, N. Oumar Toure
 Service de pneumologie, CHNU de Fann, Dakar, Sénégal 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’incidence des maladies opportunistes a diminué grâce aux chimio-prophylaxies et aux traitements antirétroviraux (TARV). Parmi ces maladies opportunistes, les affections respiratoires sont les plus fréquentes [1]. Ainsi, l’objectif de cette étude était de décrire les manifestations respiratoires basses du PVVIH.

Méthodes

Série de cas de PVVIH ayant des dossiers médicaux complets, hospitalisés ou suivis en ambulatoire au service de pneumologie du centre hospitalier national universitaire de Fann du 1er janvier 2014 au 1er août 2019 soit 56 mois.

Résultats

Au total 83 patients étaient inclus. Le VIH de type 1 était le plus fréquent (90 %). L’âge moyen était de 43,55 ans (+ 13,08), avec des extrêmes de 18 et 71 et le sex-ratio de 1,12. La symptomatologie était chronique chez 59 patients. Ils signalaient une toux (91,6 %) et une dyspnée (88 %). On retrouvait une détresse respiratoire aiguë avec des signes de lutte chez 20 patients. Le syndrome radiologique fréquent était le syndrome alvéolaire (20 ; 24,1). Six patients présentaient une miliaire hématogène et 5 autres des foyers de verre dépoli. Le scanner thoracique était réalisé chez 25 patients. Le syndrome interstitiel était le plus objectivé (10 ; 12,1 %). Cinq patients avaient une embolie pulmonaire, deux des images de rayon de miel et un patient une masse pulmonaire. Le diagnostic positif le plus fréquent était la tuberculose pulmonaire et/ou pleurale (35 ; 42,16 %), suivi de la pneumocystose (24 ; 28,9 %), pneumopathie et/ou pleurésie à germe banal (22 ; 26,5 %), greffe aspergillaire (1 ; 1,2), maladie de Kaposi (1 ; 1,2 %) et un cas d’adénocarcinome pulmonaire. L’évolution était bonne dans 42,1 % (35) des cas. On notait 4 cas de décès.

Conclusion

À travers cette série de cas, les pneumopathies infectieuses comme la tuberculose pulmonaire, la pneumopathie à germe banal et la pneumocystose restent les pathologies respiratoires basses les plus fréquentes chez le PVVIH. Néanmoins, on note aussi la survenue de pathologies pulmonaires non infectieuses comme l’embolie pulmonaire, le cancer bronchopulmonaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 166 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact de l’infection par Pseudomenas aeruginosa sur les paramètres cliniques et fonctionnels des dilatés bronchiques
  • M. Mjid, N. Mahmoud, A. Hedhli, Y. Ouahchi, S. Merai, T. Sonia, B. Dhahri
| Article suivant Article suivant
  • Germes inhabituelles dans la pneumonie communautaire
  • Y. Mohammad

Déjà abonné à cette revue ?