S'abonner

Impact de l’infection par Pseudomenas aeruginosa sur les paramètres cliniques et fonctionnels des dilatés bronchiques - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.356 
M. Mjid, N. Mahmoud , A. Hedhli, Y. Ouahchi, S. Merai, T. Sonia, B. Dhahri
 Université Tunis El Manar, faculté de médecine de Tunis, hôpital La Rabta, service de pneumologie, laboratoire de recherche LR18SP02, 1007 Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La surinfection des dilatations de bronches (DDB) par Pseudomenas aeruginosa (PA) est un marqueur de sévérité de cette pathologie. L’objectif de notre étude est de déterminer l’effet du PA sur les caractéristiques cliniques et fonctionnelles des patients DDB.

Méthodes

Étude transversale comparative conduite au service de pneumologie La Rabta à Tunis, entre janvier 2017 et décembre 2019. Les patients hospitalisés pour une exacerbation aiguë de DDB d’origine infectieuse étaient inclus. Tous les patients inclus avaient une TDM thoracique ainsi qu’un examen cytobactériologique des crachats (ECBC). Une fois inclus, les patients ont été divisés en deux groupes selon le résultat de leur ECBC (G1 : patients infectés à PA, G2 : patients non infectés à PA).

Résultats

Durant la période d’étude, 45 patients ont été hospitalisés (G1 : n=21, G2 : n=24). Il n’existait pas de différence selon l’âge ni le genre entre les deux groupes. Le délai moyen d’évolution des DDB était plus long dans le G1 (p=0,05). De même, le nombre moyen d’hospitalisation par exacerbation de DDB était plus important dans le G1 (p=0,05). Dans le G1, 28 % des patients étaient colonisés par le PA. Le tableau clinique initial au cours de l’exacerbation actuelle était marqué par la survenue de plus de fièvre (p=0,01) et de signes détresse respiratoire (p=0,02) dans le G1. Les patients du G1 avaient une fonction respiratoire plus altérée (VEMS=0,96±0,46L vs 1,6±0,7L ; p=0,05) et étaient plus souvent au stade d’insuffisance respiratoire chronique (p=0,04).

Conclusion

L’infection à PA au cours des DDB est associée à des exacerbations plus fréquentes et plus sévères ainsi qu’à un déclin plus rapide de la fonction respiratoire. La détection précoce de la primo-infection, où l’éradication est encore possible, permet d’améliorer le pronostic de ces patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 166 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le pyopneumothrax : profil étiologique, thérapeutique et évolutif : expérience du service des maladies respiratoires hôpital 20 Août 1953
  • H. El Kihal, S. Msika, H. Arfaoui, H. Jabri, W. Elkhattabi, H. Afif
| Article suivant Article suivant
  • Affections respiratoires basses des patients vivant avec le VIH au service de pneumologie du CHNU de Fann : à propos de 83 cas
  • C.F.E. Koudessi, M. Fafa Cisse, Y. Dia Kane, F.B.R. Mbaye, N. Oumar Toure

Déjà abonné à cette revue ?