S'abonner

Impact de la DDB sur la fréquence et la gravité des exacerbations respiratoires des patients porteurs de BPCO - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.370 
W. Fki
 Service de pneumologie, Sfax, Tunisie 

Résumé

Introduction

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et la dilatation des bronches (DDB) partagent des traits communs même s’il s’agit de deux pathologies différentes. L’inflammation et l’obstruction des voies respiratoires sont importantes dans la pathogenèse de ces deux pathologies. L’association des deux pourrait avoir des implications cliniques importantes. Le but de cette étude est d’évaluer l’impact des DDB sur la sévérité et le pronostic des patients hospitalisés pour exacerbation aiguë (EA) de BPCO.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée entre janvier 2019 et août 2020 au service de pneumologie du CHU Hédi Chaker de Sfax ayant inclus des patients suivis pour BPCO. Deux groupes de patients ont été défini : « G1 » comportant les patients suivis pour BPCO isolée et « G2 » comportant les patients ayant une DDB et une BPCO.

Résultats

Deux cent trente-six patients ont été inclus dans l’étude avec 204 malades dans le groupe 1 et 32 malades dans le groupe 2. Les 2 groupes étaient comparables en termes d’âge (67 ans dans le groupe 1 vs 65 ans dans le groupe 2) et de tabagisme (66 PA dans le G1 vs 59 PA dans le G2). Les patients étaient classés groupe C et D (5 % G1) vs (7 % G2) et (47 % G1) vs (74 % G2) respectivement. Vingt-deux patients de G2 étaient des exacerbateurs fréquents (≥2 hospitalisations/an) vs 23 malades de G1 (p<0,05). Le volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) des patients du G2 était plus sévère (36 % G2 vs 45 % G1, p=0,005). Vingt six patients du 2e groupe avaient un CAT10 (vs 118 patients du G1, [p=0,2]). L’examen cytobactériologique des crachats (ECBC) a révélé la présence d’un germe résistant tel que le Pseudomonas seulement dans le deuxième groupe (3 cas). Le recours à la ventilation non invasive (VNI) a été indiqué dans 80 % des cas de G2 vs 57 % de G1. La durée moyenne d’hospitalisation chez les patients de G2 était plus longue (16jours G2 vs 13jours G1, [p=0,5]). L’oxygénothérapie à domicile a été indiquée chez 45 % de G2 vs 33 % de G2, [p=0,8]. Le décès était survenu dans 3 cas qui appartiennent au G2 vs 1 seul cas du G1.

Conclusion

La DDB est de plus en plus reconnue comme un facteur majeur de morbidité et mortalité chez les patients suivis pour BPCO. Son diagnostic précoce est utile afin d’optimiser la prise en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 171 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les facteurs prédictifs de DDB chez les BPCO
  • T. Znegui
| Article suivant Article suivant
  • Caractéristiques cliniques, étiologiques et évolutives des dilatations des bronches
  • I. Ben Limem, I. Sahnoun, K. Chaâbi, S. Debbiche, I. Ghanmi, S. Maalej, L. Douik El Gharbi

Déjà abonné à cette revue ?