S'abonner

Prévalence du syndrome d’apnée obstructive du sommeil au Cameroun - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.403 
E.W. Pefura-Yone 1, , V. Poka-Mayap 2, A.D. Balkissou 3, M. Massongo 1
1 Département de médecine interne et spécialités, Yaoundé, Cameroun 
2 Service de pneumologie A, hôpital Jamot de Yaoundé, Yaoundé, Cameroun 
3 Département des sciences cliniques, FMSB, université de Ngaoundéré, Garoua, Cameroun 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Très peu d’études sont disponibles en Afrique sur l’épidémiologie du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS). L’objectif de cette étude était de déterminer la prévalence du SAOS et d’identifier les facteurs associés dans la population adulte camerounaise.

Méthodes

Il s’agissait d’une étude transversale communautaire réalisée dans trois régions du Cameroun de 2015 à 2018. Le SAOS a été défini par un score de STOP-BANG3 associé à une somnolence diurne excessive (score d’Epworth>10). Le modèle de régression Log binomial a été utilisé pour déterminer les rapports de prévalence (RP) bruts et ajustés afin de rechercher les facteurs associés au SAOS. Le seuil de signification a été fixé à p<0,05.

Résultats

Des 8295 sujets inclus, 55,2 % étaient de sexe féminin et leur âge médian (25e–75e percentiles) était de 39 (27–54) ans. Les prévalences de l’obésité, de l’hypertension artérielle et du diabète sucré autorapporté étaient respectivement de 22 %, 28,6 % et 2,1 %. La prévalence (IC à 95 %) du SAOS était de 2,7 % (2,3–3 %). Les déterminants du SAOS étaient la résidence à Bandjoun [rapport de prévalence ajusté (IC à 95 %) : 2,32 (1,07–5,03), p=0,033], la résidence à Douala [2,93 (1,37–6,29), p=0,006], le sexe masculin [2,53 (1,92–3,34), p<0,001], le niveau d’éducation secondaire[1,94 (1,22–3,08), p=0,005], le niveau d’éducation primaire [1,74 (1,07–2,83), p=0,027], la dyspnée [2,47 (1,86–3,28), p<0,001], les antécédents de maladie cardiaque [3,73 (2,01–6,91), p<0,001], le surpoids [1,79 (1,24–2,58), p=0,002], l’obésité [2,89 (1,98–4,20), p<0,001] et l’hypertension artérielle [2,14 (1,63–2,80), p<0,001].

Conclusion

La prévalence du SAOS au Cameroun est proche de celle rapportée dans la plupart des régions du monde. Plusieurs facteurs associés sont identifiés et devraient permettre un dépistage large de cette affection en Afrique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 184 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le score d’Epworth et risque cardiovasculaire : y a-t-il une corrélation ?
  • C. Benrhouma Ep Benabdejalil, M. Loukil, N. Abid, I. Badri, H. Ghrairi
| Article suivant Article suivant
  • Anomalies des cavités cardiaques droites en cas de tabagisme chez les patients ayant un SAOS
  • H. Snène, K. Zayen, R. Tlili, H. Blibech, D. Belkhir, L. Kaabi, A. Mlik, D. Essid, A. Saidane, N. Mehiri, N. Ben Salah, B. Louzir

Déjà abonné à cette revue ?