S'abonner

L’hydatidose pulmonaire révélée par un pneumothorax spontané : à propos de 9 cas - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.454 
M. Abdennadher 1, A. Ben Ayed 1, , H. Zribi 1, S. Zairi 1, I. Bouassida 1, Y. Houcine 2, I. Sahnoun 3, S. Ouerghi 4, A. Margheli 1
1 Service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 
2 Service d’anatomopathologie, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 
3 Service de pneumologie, pavillon D, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 
4 Service d’anesthésie-réanimation-chirurgicale, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’hydatidose pulmonaire simple est souvent asymptomatique. Elle peut se révéler suite à un pneumothorax spontané avec un taux qui varie entre 2,4 % et 6,2 %. Notre objectif était d’étudier les aspects cliniques, radiologiques et thérapeutiques des kystes hydatiques pulmonaires révélés par un pneumothorax spontané.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive des patients atteints d’un pneumothorax spontané révélant une hydatidose pulmonaire colligés pendant 15 ans au service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire de l’hôpital Abderrahmen Mami de l’Ariana - Tunisie.

Résultats

Notre série comprend 9 patients : 6 hommes et 3 femmes avec un âge moyen de 28 ans (5 à 45 ans). Le pneumothorax spontané était révélateur de l’hydatidose pulmonaire dans tous les cas. Les signes cliniques étaient des douleurs thoraciques (7 cas), dyspnée (2 cas), fièvre (2 cas) et une détresse respiratoire dans un seul cas. La radiographie thoracique initiale a montré un pneumothorax dans tous les cas associé à une ou plusieurs opacités dans 5 cas. Tous les patients ont eu un drainage thoracique en urgence. La radiographie thoracique post drainage a montré une ou plusieurs opacités dans tous les cas. La tomodensitométrie thoracique a montré des images évoquant un kyste hydatique compliqué dans 7 cas et un kyste hydatique simple dans 2 cas avec une taille moyenne de 11cm (3 à 20cm). Tous les patients ont été opérés. La voie d’abord était une thoracotomie postérolatérale (8 cas) et une chirurgie vidéo-assistée dans un seul cas. Le geste opératoire était une kystectomie avec capitonnage de la cavité résiduelle dans 8 cas associée à une périkystectomie dans 5 cas. Un seul patient a eu une lobectomie. Les suites opératoires étaient simples avec une durée moyenne de drainage thoracique de 4jours (3 à 6jours) et une durée moyenne d’hospitalisation postopératoire de 5jours (3 à 8jours). Une hydatidose pleurale secondaire a été observée chez un seul patient à j75 postopératoire.

Conclusion

L’hydatidose pulmonaire reste longtemps asymptomatique et peut se révéler suite à une complication. Malgré un traitement chirurgical adéquat, l’évolution vers l’hydatidose pleurale secondaire constitue le risque majeur de la rupture dans la plèvre.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 207 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Échec de l’antibioprophylaxie : à propos de cinq cas de BCGite avec atteinte respiratoire
  • N. Argoulon, S. Marchand-Adam
| Article suivant Article suivant
  • Hydatidose multiviscérale
  • A. Boumehdi, H. Bamha, H. Arfaoui, H. Jabri, W. Elkhattabi, H. Afif

Déjà abonné à cette revue ?