S'abonner

Kyste hydatique pulmonaire géant chez l’enfant - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.468 
M. Ferchichi , I. Khalfallah, S. Belkhir, N. Boubaker, M. Ben Bechir, S. Louhaichi, B. Hamdi, J. Ammar, A. Hamzaoui
 Hôpital Abderrahman Mami, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le kyste hydatique est une anthropozonose endémique en Tunisie. Le poumon est une localisation secondaire fréquente chez les enfants à cause de l’élasticité du parenchyme permettant la croissance des kystes et l’apparition secondaire de kyste géant. Déterminer les particularités cliniques, radiologiques et évolutives des kystes hydatiques pulmonaires (KHP) géants chez l’enfant.

Méthodes

Étude rétrospective incluant 105 cas de kyste hydatique du poumon colligés à l’hôpital Abderrahman Mami entre 1999 et 2019. Les enfants inclus étaient âgés de moins de 17 ans et dont le diagnostic de KHP a été confirmé à l’examen anatomopathologique de la pièce opératoire. Deux groupes ont été comparés: groupe 1 (G1): patients avec un KHP géant (taille>10cm) (n=24) : groupe 2 (G2): patients avec un KHP non géant (n=81).

Résultats

L’âge moyen des patients était de 10,5±3 ans [3–16]. Le genre-ratio était de 0,72. Tous les enfants étaient issus de milieu rural avec notion d’élevage de mouton et de chien dans 80 % des cas. En comparant les 2 groupes, la dyspnée (29 % vs 5 % p<0,001) et la douleur thoracique (88 % vs 41 % p<0,001) étaient significativement plus fréquente dans le G1. Sur la radiographie du thorax, le diamètre moyen des kystes géants était de 12,7cm [10–17]. Soixante-quatre pour cent des kystes géants étaient compliqués d’ouverture dans les bronches (vs 43 % : p=0,03). La chirurgie radicale non conservatrice était souvent pratiquée en cas de kyste compliqué (27 % vs 20 % p<0,05) ou de kyste géant (41 % vs 18 % p<0,05).La durée d’hospitalisation était significativement plus prolongée dans le G1 (14±9jours vs 11±8 : p<0,05). Les complications postopératoires immédiates était plus fréquemment observées dans le G1 à type d’atélectasie, fistule et de pneumonie (p=0,043).

Conclusion

Le KHP géant nécessite souvent une résection chirurgicale non conservatrice exposant à plus de complications. D’ou l’intérêt des mesures préventives simples pour interrompre la chaîne de transmission.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 212 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pneumonectomie pour aspergillome pulmonaire : une évolution vers de meilleurs résultats
  • A. Ben Ayed, I. Bouassida, H. Zribi, M. Abdennadher, S. Maazeoui, M. Mlika, S. Ouerghi, A. Margheli
| Article suivant Article suivant
  • Profil épidémiologique et stratégies diagnostiques des pleurésies tuberculeuses dans un pays à prévalence intermédiaire de tuberculose
  • R. Yahiaoui, N. Atlaoui, R. Amrane

Déjà abonné à cette revue ?