S'abonner

Impact du retour au pays sur le délai de survenue de la tuberculose chez les habitants de pays à faible incidence nés à l’étranger - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.481 
L. Kassegne , P. Fraisse
 Service de pneumologie, pôle de pathologie thoracique, nouvel hôpital civil, Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La majorité des tuberculoses dans les pays industrialisés surviennent chez des personnes nées à l’étranger, pour la plupart issues de pays de forte incidence tuberculeuse. Les délais rapportés dans la littérature sont principalement ceux qui séparent la primo-arrivée de la déclaration de la tuberculose. Or, ces migrants retournent plus ou moins fréquemment dans leur pays d’origine, pour une durée variable. Nous avons voulu savoir si la notion de voyage en pays de forte incidence tuberculeuse avait un impact sur le délai de survenue de la tuberculose maladie.

Méthodes

Il s’agit d’une étude observationnelle rétrospective. Les personnes déclarées au Centre de lutte antituberculeuse (CLAT 67) chez qui a été diagnostiquée une tuberculose maladie entre le 01/01/2008 et le 31/12/2010 étaient incluses dans l’étude.

Résultats

Au total, 227 cas consécutifs suivis au Centre de lutte antituberculeuse du Bas-Rhin ont été inclus. Soixante pour cent (60 %) des cas étaient nés à l’étranger. Les migrants n’ayant pas développé de tuberculose peu après leur arrivée en France et ayant voyagé dans un pays de forte incidence tuberculeuse ont un délai de survenue de la tuberculose, depuis leur dernier voyage, comparable à celui séparant la primo-arrivée de leur tuberculose chez les migrants n’ayant pas voyagé (3,2 ans versus 4,4 ans, p=0,506), alors même que chez les migrants ayant voyagé depuis leur arrivée, le délai moyen de survenue de la tuberculose depuis qu’ils sont arrivés en France était de 14,8 ans. Parmi ceux ayant voyagé, il existait une différence non significative de délai de survenue de la tuberculose depuis le dernier voyage, en fonction du lieu de naissance du cas (6,9 ans de moyenne parmi ceux nés en France versus 3,8 ans de moyenne parmi ceux nés à l’étranger, p=0,56).

Conclusion

Ces résultats plaident pour la prise en compte des retours au pays dans l’information et le dépistage éventuel d’une tuberculose chez les personnes allochtones revenant de voyage en pays de forte incidence tuberculeuse, notamment les patients vulnérables (dialysés, sous immunosuppresseurs dont les anti-TNF, atteints du VIH).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 217-218 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Aspects diagnostiques et thérapeutiques de la tuberculose ganglionnaire périphérique prise en charge au niveau de CHU BEO Alger
  • Y. Benbetka, K. Saadi, A. Fissah
| Article suivant Article suivant
  • Les anomalies hématologiques au cours d’une tuberculose pulmonaire active
  • D. Zagaouch, B. Jamal Eddine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?