S'abonner

Apport du test Quantiferon-TB® Gold pour le diagnostic de tuberculose maladie - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.517 
S. Aidou  : Résidente, H. Arfaoui : Professeur, H. Jabri : Professeur, W. El Khettabi : Professeur, H. Afif : Professeur
 Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La tuberculose est l’une des plus sérieuses menaces sanitaires mondiales. C’est la première cause de morbidité et de mortalité infectieuse. De nouveaux tests sanguins d’évaluation de la production d’interféron gamma (l’IFNγ) sont aujourd’hui disponibles au Maroc et apportent une aide au diagnostic de la tuberculose. Le but de notre travail est d’évaluer l’apport du test Quantiferon-TB® Gold (QTF-G) dans le diagnostic de la tuberculose active au service des maladies respiratoires pneumologie 20 août.

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective s’étalant de janvier 2017 à janvier 2020 et qui a permis de recruter 62 patients hospitalisés dans notre structure pour suspicion de tuberculose maladie et ayant eu dans leur bilan le dosage de Quantiferon-TB® Gold (QTF-G).

Résultats

Un taux de quantiferon est considéré positif s’il est strictement supérieur à 0,35. L’âge moyen a été de 32 ans, 74 % ont été de sexe masculin, 60 % ont eu un antécédent de tuberculose, 40 % sont diabétique, 70 % sont tabagiques chroniques, la clinique été dominé par la douleur thoracique dans 80 % des cas, la dyspnée été trouvé chez 90 % des cas et un sd bronchique chez 70 % des cas, l’imagerie radiologique est dominée par une opacité de type pleurale dans 76 % des cas, 14 % des cas de foyer de condensation et dans 10 % des cas d’image cavitaire. La tuberculose maladie a été confirmée bactériologiquement et/ou histologiquement chez 64 % des cas et retenue devant des éléments de présomption radioclinique et biologique chez 36 % des cas. Le quantiferon s’est révélé positif dans 80 % des cas et négatif dans 20 % des cas. Parmi les malades ayant une tuberculose confirmée, le taux de quantiferon s’est révélé négatif chez 12,5 % des cas, fortement positif chez 68,5 % et faiblement positif chez 18,7 % des cas. Chez les malades sans confirmation, le taux de quantiferon s’est révélé négatif chez 33,3 %, fortement positif chez 55,5 % et faiblement positif chez 11,1 % des cas.

Conclusion

Notre étude a démontré l’apport bénéfique du dosage de quantiferon dans le diagnostic de la tuberculose active. Aujourd’hui, de larges études sont nécessaires pour mieux définir l’évolution de ces réponses dans le temps, évaluer la sensibilité des tests dans les situations d’immunodépression, bien définir les catégories de patients pouvant bénéficier de ces tests et mieux les évaluer dans les formes cliniques paucibacillaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 230-231 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Tuberculose et pauvreté au 21e siècle, dans l’Est de la France : un lien persistant
  • L. Kassegne, P. Fraisse
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt de l’aspiration bronchique dans le diagnostic de la tuberculose pulmonaire
  • H. Mbouandi, A. Raye, J.R. Mouliom Tapou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?