S'abonner

Coût hospitalier de l’angioplastie artérielle pulmonaire par ballonnet (AAPB) : étude observationnelle à partir des données du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.046 
V. Cottin 1, P. Brenot 2, L. Bensimon 3, F. Raguideau 4, G. Chaize 4, A. Hakme 3, L. Levy-Bachelot 3, A. Vainchtock 4, J. Dallongeville 5, H. Bouvaist 6,
1 HCL, Lyon, France 
2 HM Lannelongue, Paris, France 
3 MSD, Puteaux, France 
4 HEVA, Lyon, France 
5 Institut Pasteur, Lille, France 
6 CHU, Grenoble, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’Angioplastie pulmonaire (AAPB) est une option dans la prise en charge des patients atteints d’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique (HTP-TEC) inopérable ou récurrente après traitement chirurgical. Cette technique est réalisée depuis 2014 par 2 centres en France, Paris-Sud (Marie Lannelongue, Kremlin-Bicêtre) et le CHU de Grenoble. L’intervention nécessite des séances de dilatations réalisées au cours de plusieurs séjours hospitaliers. Nous avons évalué le coût hospitalier de cette technique et de ses complications en France.

Méthodes

Tous les patients adultes avec ≥1 séjour hospitalier pour HTP associée à un acte d’AAPB entre le 01/01/2014 et le 30/06/2016 ont été inclus, à partir des données du PMSI pour les 2 centres réalisant cet acte. Les patients ont été suivis durant 6 mois, période jugée pertinente pour estimer les coûts attribuables à l’acte d’AAPB. Durant le suivi, les séjours liés à la prise en charge des complications de l’AAPB ont été distingués de ceux liés à la prise en charge de l’HTP-TEC, à partir d’une lecture médicale considérant le diagnostic du séjour, sa durée et le délai par rapport au dernier acte d’AAPB (<30jours). Les coûts hospitaliers (y compris les transports médicaux) ont été estimés à partir des tarifs publics pour les actes médicaux de 2014 à 2016, mis à jour en euros 2017, et valorisés selon la perspective de l’assurance maladie.

Résultats

191 patients ont été inclus: 53 % d’hommes, d’âge moyen 64,3 ans et en majorité sans antécédent de traitement chirurgical (3,1 %). Le premier séjour d’AAPB était réalisé 1,1 an (0.0–10.0), en médiane, après la première hospitalisation pour une HTP. En moyenne, 2,8 séjours avec au moins un acte d’APB ont été enregistrés par patient de durée moyenne de 7,8jours pour le premier séjour et 5,8jours pour les séjours ultérieurs. Le coût hospitalier attribuable aux séjours d’AABP et ses complications a été estimé en moyenne (écart-type) à 8 764€ (±3 435) par séjour, 21 245€ (±12 843) par patient etreprésentait un total de 4 057 825€ au cours de la période d’étude. Le coût variait selon la classe d’âge, la densité de la commune de résidence et la présence de comorbidités. Il diminuait avec le temps, probablement en lien avec l’expérience des opérateurs.

Conclusion

Ces données fournissent une estimation en vie réelle du coût hospitalier de l’AAPB chez les patients atteints d’HTP-TEC en France; particulièrement pertinente alors que sa position dans l’algorithme thérapeutique est régulièrement affinée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 28 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Diminution de la saturation artérielle en oxyhémoglobine chez les patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire sous traitement spécifique
  • L. Textoris, S. Valentin, A. Maurac, R. Fay, E. Gomez, A. Guillaumot, F. Chabot, O. Sitbon, M. Humbert, A. Chaouat
| Article suivant Article suivant
  • Utilisation du riociguat en vie réelle dans l’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique
  • B. Lamia, J. Dallongeville, L. Bensimon, A. Hakme, N. Benard, M. Pouriel, L. Levy-Bachelot, O. Sitbon

Déjà abonné à cette revue ?