S'abonner

Évaluation du coût physiologique de la marche et des anomalies diffusionnelles dans les PID - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.052 
K. Ayed , S. Mokaddem, S. Khaldi, K. Kchaou, S. Ben Khamsa
 Faculté de médecine de Tunis, service des EFR de l’hôpital Abderrahmene Mami, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les pneumopathies infiltrantes diffuses (PID) se présentent sous diverses formes cliniques et fonctionnelles. Il s’agit d’un groupe hétérogène de pathologies qui affectent, à des degrés divers, la diffusion alvéolo-capillaire et la tolérance à l’effort. Le but de cette étude était d’évaluer les anomalies diffusionnelles et le coût physiologique de la marche dans chaque forme de PID.

Méthodes

Étude incluant 195 patients atteints de PID répartis en 4 groupes (G1 : 80 patients atteints de sarcoïdose pulmonaire, G2 : 56 patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), G3 : 35 patients atteints de connectivite et G4 : 24 patients atteints de pneumopathie d’hypersensibilité). L’évaluation des anomalies diffusionnelles a été réalisée à l’aide d’une mesure de la capacité de diffusion du monoxyde de carbone (DLco). Tous les patients ont bénéficié d’un test de marche de six minutes (TM6) afin de calculer l’indice de coût physiologique de la marche (ICP) [1]. Cet indice est défini par la différence de la fréquence cardiaque à la fin du TM6 et celle au repos rapportée à la vitesse de marche au cours du TM6.

Résultats

L’âge moyen était respectivement de 55; 62,5; 60 et 56 ans chez le groupe G1, G2, G3 et G4. La DLco moyenne était de 69±19 % chez le G1, 51±27 % chez le G2, 56±20 % chez le G3 et 58±33 % chez le G4 avec une différence est statistiquement significative entre les groupes (p=0,024). La distance moyenne de marche de 6minutes (DM6) était de 467±72m chez le G1, 427±96m chez le G2, 459±120m chez le G3 et 488±91m chez le G4 avec une différence statistiquement significative entre les groupes (p=0,001). L’ICP moyen de la marche était de 0,33±0,15 battements/mètre chez le groupe G1; 0,33±0,16 chez le G2; 0,29±0,11 chez le G3 et 0,36±0,15 chez le G4 sans différence statistiquement significative entre les groupes.

Conclusion

Cette étude a montré qu’en dépit d’une différence significative dans la sévérité de l’atteinte de la membrane alvéolo-capillaire et dans la distance de marche de six minutes, les différents types de PID possèdent un coût physiologique de la marche comparable. Ces résultats justifient l’indication de la réhabilitation respiratoire et surtout la marche chez les patients atteints de PID quelle que soit la sévérité de l’atteinte de l’échangeur pulmonaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 31-32 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La pneumopathie interstitielle lymphoïde : cohorte monocentrique de 27 cas
  • T. Bonvent, S. Marchand-Adam
| Article suivant Article suivant
  • Place de l’indice BODE dans l’évaluation pronostique de la fibrose pulmonaire idiopathique
  • K. Ayed, S. Mokaddem, S. Khaldi, A. Chaker, S. Ben Khamsa

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?