S'abonner

Impact du mismatch cytomégalovirus sur la morbi-mortalité après transplantation pulmonaire - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.085 
D. Mouren 1, , C. Ouazana-Vedrines 2, H. Mal 1, O. Brugière 3, S. Gallien 4, H. Nunes 5, G. Gebrak 1
1 Pneumologie B, hôpital universitaire Bichat, Paris, France 
2 Université de Paris, Paris, France 
3 Pneumologie, hôpital Foch, Paris, France 
4 Maladies infectieuses et tropicales, hôpital universitaire Henri Mondor, Paris, France 
5 Pneumologie, hôpital universitaire Avicenne, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

A l’ère de la prophylaxie anti-cytomégalovirus (CMV) systématique post transplantation (Tx), l’impact du statut sérologique CMV du donneur et receveur sur la mortalité est débattu. L’objectif était d’étudier la mortalité et la morbidité à 5 ans post-Tx chez des transplantés pulmonaires séronégatifs pour le CMV (R-) selon le statut sérologique du donneur (D+ ou D-).

Méthodes

Étude rétrospective monocentrique réalisée à l’Hôpital Bichat (Paris). 42 patients R- recevant un greffon D+ (mismatch) entre 2007 et 2017 ont été appariés sur l’âge, le sexe et la date de transplantation à 42 patients R- recevant un greffon D-. L’objectif principal était de comparer la survie globale à 5 ans entre les deux groupes. Les objectifs secondaires étaient: rechercher des facteurs de risque de mortalité, décrire les infections/maladies à CMV et le taux de résistance, évaluer la tolérance des traitements prophylactiques systématiques anti-CMV dans le groupe D+/R-, comparer les rejets aigus, les dysfonctions chroniques du greffon, et la survenue de complications indirectes attribuables au CMV (analyse de survie par méthode de Kaplan-Meier, comparaison par log-rank, modèle de Cox pour estimer l’association entre statut D/R et survie).

Résultats

Les patients D+/R- et D-/R- avaient une survie à 5 ans post-Tx comparable, avec une tendance à une surmortalité de 15% dans le groupe D+/R- (49% vs 64% respectivement, p=0,27). En analyse univariée, la dysfonction chronique du greffon et l’infection à CMV étaient des facteurs de risque de mortalité, non retrouvés en analyse multivariée. Il y a eu plus d’infections (59%) et de maladies à CMV (21%) dans le groupe D+/R- que dans le groupe D-/R- (7% et 0 respectivement, p<0,001 et p=0,002). La tolérance du traitement prophylactique était médiocre: 29% d’arrêt précoce, 45% de leucopénie, 29% d’échec du traitement. Il y a eu plus d’hospitalisations rapportées au nombre d’années de suivi dans le groupe D+/R- (4,1±3,2 vs 2,9±2,4 p=0,05) et plus d’infections graves (1,9±2,3 vs 0,9±1,4, p=0,02). Une résistance génétique du CMV a été retrouvée dans 11% des évènements CMV. Il n’a pas été montré de différence de rejet aigu, de dysfonction chronique du greffon, de cancer et d’athérosclérose entre les deux groupes.

Conclusion

Les patients D+/R- et D-/R- avaient une mortalité comparable, mais la morbidité notamment infectieuse était plus importante dans le groupe D+/R-. Le statut D/R pour le CMV doit être pris en compte dans le choix du donneur lors d’une Tx pulmonaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 48 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Complications néoplasiques en transplantation pulmonaire et cardio-pulmonaire : étude de la cohorte nantaise de 2006 à 2018
  • M. Penhouet, T. Senage, A.L. Chene, F.X. Blanc, J.C. Roussel, A. Tissot
| Article suivant Article suivant
  • Prédiction de la dysfonction chronique du greffon (CLAD) par la mesure des lymphocytes T CD4+CD57+ILT2+ liés au checkpoint inhibiteur HLA-G
  • D. Mouren, N. Rouas-Freis, I. Kuzhniak, E.D. Carosella, J. Lemaoult, O. Brugiere

Déjà abonné à cette revue ?