S'abonner

Impact de l’observance thérapeutique sur l’évolution à moyen terme de la BPCO sous traitement - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.087 
M. Hamdi 1, , N. Belloumi 2, I. Bachouch 2, H. Baili 2, M. Bougacha 2, F. Chermiti Ben Abdallah 2, S. Fenniche 2
1 Kasserine, Tunisie 
2 Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Chez les BPCO, des travaux ont dévoilé le niveau d’observance thérapeutique insuffisant, d’où l’amélioration continue des formes galéniques et des dispositifs inhalateurs. Le but de ce travail, est d’évaluer l’impact à moyen terme (3 ans) de l’observance thérapeutique sur les différents paramètres cliniques et fonctionnels respiratoires des patients suivis pour BPCO.

Méthodes

Il s’agissait d’une étude prospective sur une cohorte de 81 patients suivis durant 3 ans allant de juillet 2016 à juillet 2019 pour BPCO confirmée. On a évalué le déclin du VEMS, la sévérité de la dyspnée selon l’échelle mMRC et le nombre d’EA de BPCO par an chez les patients observants et non observants. L’observance du traitement pharmacologique a été évaluée par le questionnaire de Morisky.

Résultats

On a colligé 81 patients tous tabagiques et de sexe masculin. L’âge moyen était de 66,3±8,2 ans. Les comorbidités les plus fréquentes étaient l’hypertension artérielle (19,8%), l’insuffisance coronaire (13,6%) et la dénutrition (22%). A l’inclusion, les patients étaient classés GOLD A (6%), GOLD B (20%), GOLD C (15%) ou GOLD D (59%). Le déclin de VEMS chez les patients observants (n=51) au traitement bronchodilatateur était de 108ml sur 3 ans VS un déclin de 295ml pour les patients non observants au traitement (n=30). La différence entre les deux groupes était significative (p<0,006). En dehors des exacerbations, la proportion de patients ayant une dyspnée sévère (stade 3 mMRC ou plus) a augmenté d’une façon statistiquement significative de 2016 à 2019 parmi les patients non observants au traitement inhalé, passant de 52% à 73% (p=0,016). Le nombre moyen d’EA par an était significativement plus élevé en 2019 chez les patients non observants au traitement bronchodilatateur comparativement aux patients observants (1,87 VS 1,35; p=0,003). Le nombre moyen d’EA sévères de BPCO a baissé entre 2016 et 2019 chez les patients observants passant de 0,74 à 0,33 exacerbation par an.

Conclusion

Notre étude a mis en évidence une dégradation clinique et fonctionnelle respiratoire, et un risque d’exacerbation fréquente et sévère de BPCO corrélé à la mauvaise observance thérapeutique. Etant un problème évitable, il faut évaluer ses déterminants et commencer une action ciblée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 49 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prédiction de la dysfonction chronique du greffon (CLAD) par la mesure des lymphocytes T CD4+CD57+ILT2+ liés au checkpoint inhibiteur HLA-G
  • D. Mouren, N. Rouas-Freis, I. Kuzhniak, E.D. Carosella, J. Lemaoult, O. Brugiere
| Article suivant Article suivant
  • Contamination microbiologique des réservoirs d’humidification des ventilateurs non invasifs de domicile
  • J. Dampierre, C. Chefson Girault, A. Gillibert, E. Dantouing, J. Da Cunha, G. Maclaud, R. Dubian, A. Dunet, M. Lefort, J.F. Muir, M. Pestel-Caron, A. Cuvelier, M. Patout

Déjà abonné à cette revue ?