S'abonner

L’embolie pulmonaire au cours de la BPCO : prévalence, moyens diagnostiques, et scores prédictifs de gravité - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.089 
L. Aazri , M. Bougadoum, S. Ait Batahar, L. Amro
 Service de pneumologie, hôpital Arrazi, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La BPCO est une maladie chronique systémique. Elle est considérée comme un facteur de risque d’embolie pulmonaire (EP) de même que cette dernière est une cause fréquente de l’exacerbation de la BPCO. But du travail: déterminer la prévalence de l’embolie pulmonaire chez les patients atteints de BPCO et étudier la place des scores prédictifs de gravité dans la prise en charge de la maladie.

Méthodes

Nous rapportons une étude rétrospective incluant les cas de BPCO compliqués d’embolie pulmonaire suivis au service de pneumologie du CHU Mohamed VI de Marrakech.

Résultats

Nous avons colligé 58 cas d’embolie pulmonaire parmi un total de 190 patients atteints de BPCO, soit une prévalence de 30,5 %. La moyenne d’âge était de 50,9 ans, avec une nette prédominance masculine (96,5 %). La probabilité de l’embolie pulmonaire selon le score de Genève était jugée faible dans 6 cas (10,3%), intermédiaire dans 41 cas (70,6 %) et forte dans 11 cas (19 %). Les D-Dimères étaient élevés chez tous les patients avec une moyenne de 1390ug/L (500–7000ug/L). Le diagnostic était retenu par angioscanner thoracique dans 39 cas (67,2 %) et par scintigraphie pulmonaire dans les autres cas. L’embolie pulmonaire était unilatérale dans 42 cas (72,4 %) et bilatérale dans 16 cas (27,6 %). L’embolie pulmonaire unilatérale était lobaire dans 18 cas (42,8 %), segmentaire dans 16 cas (38 %) et proximale intéressant le tronc de l’artère pulmonaire dans 8 cas (19 %). L’échographie cardiaque a été réalisée dans 70,7% des cas. Elle a objectivé un cœur pulmonaire aigu dans 7 cas (17,1 %). Le score de Pulmonary Embolism Severity Index (PESI) était en moyenne de 104 points. Il était classe I dans 7 cas (12,1 %), classe II dans 10 cas (17,2 %), classe III dans 17 cas (29,3 %), classe IV dans 13 cas (22,4 %) et classe V dans 11 cas (18,9 %). L’évolution était favorable sous traitement anticoagulant dans 84,5 % des cas. 9 patients ont nécessité une prise en charge en réanimation. 5 décès on été enregistrés dont l’embolie pulmonaire était classe V de PESI.

Conclusion

L’embolie pulmonaire au cours de la BPCO reste une complication fréquente. Un score de PESI élevé est corrélé à un risque accru d’aggravation et de décès par embolie pulmonaire

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 50 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Contamination microbiologique des réservoirs d’humidification des ventilateurs non invasifs de domicile
  • J. Dampierre, C. Chefson Girault, A. Gillibert, E. Dantouing, J. Da Cunha, G. Maclaud, R. Dubian, A. Dunet, M. Lefort, J.F. Muir, M. Pestel-Caron, A. Cuvelier, M. Patout
| Article suivant Article suivant
  • Taux de vaccinations anti-grippale (AG) et anti-pneumococcique (AP) dans la BPCO : données de l’étude COVARISQ à partir du système national des données de santé (SNDS)
  • N. Roche, B. Wyplosz, J. Fernandes, F. Raguideau, C. Leboucher, G. Goussiaume, J. Moisi

Déjà abonné à cette revue ?