S'abonner

Le niveau de pression expiratoire positive (PEP) nécessaire à la correction du collapsus trachéal est-il corrélé à l’amélioration de la capacité à l’exercice des patients atteints de trachéobronchomalacie (TBM) ? - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.093 
L. Razakamanantsoa 1, , E. Fresnel 2, A. Kerfourn 2, B. Chahine 3, J.M. Baste 4, L. Goument 1, C. Germain 1, J. Achard 5, A. Cuvelier 6, M. Patout 6
1 Service de pneumologie, oncologie thoracique et soins intensifs respiratoires, Centre hospitalier universitaire, Rouen, France 
2 KerNel Biomedical, Rouen, France 
3 Clinique du Cèdre, Bois-Guillaume, France 
4 Service de chirurgie générale et thoracique, Centre hospitalier universitaire, Rouen, France 
5 ESITech, Ecole Supérieure d’Ingénieur.e.s en Technologies Innovantes, Rouen, France 
6 Université de Normandie (UNIROUEN, UPRES EA3830) Recherche et innovation biomédicale, Haute Normandie, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’utilisation de la pression positive continue (PPC) comme un stent pneumatique des voies respiratoires constitue une approche thérapeutique non invasive de la trachéobronchomalacie (TBM). Nous avons montré l’an dernier que la PPC améliorait la capacité à l’exercice évaluée par le test de marche. Cependant, le choix du niveau de pression expiratoire positive (PEP) est difficile à déterminer. L’objectif de notre étude était d’évaluer si le niveau de PEP nécessaire à la correction du collapsus trachéal était corrélé à l’amélioration de la capacité à l’effort.

Méthodes

Nous avons analysé les endoscopies des patients adressés dans notre centre pour la prise en charge diagnostique et thérapeutique d’une trachéobronchomalacie entre janvier 2017 et janvier 2019. La proposition thérapeutique consistait à la mise en place d’une PPC portable avec batterie intégrée (Z1, Breas). Pendant la fibroscopie, le niveau de PEP était titré par pallier de 5cmH2O, en commençant à 5cmH2O jusqu’à 20cmH2O. Nous avons mesuré: la diminution de l’aire de la lumière trachéale à l’expiration (DAE), l’angle α formé entre la paroi postérieure et les parois latérales de la trachée à l’expiration et la distance antéro-postérieure de la trachée (Dap). Ces mesures ont été réalisées en ventilation spontanée (VS) et pendant des manœuvres d’expiration forcée. Ces mesures ont été comparées à la distance parcourue au test de marche 6minutes (TM6) sous PPC.

Résultats

La cohorte était constituée de 16 patients. La distance parcourue au TM6 sous PPC portable était augmentée de 33 mètres [11–53] comparativement à celle parcourue en VS (p=0.01). A 5cmH2O, la PEP n’a pas modifié la DAE, elle n’a pas modifié ni l’angle α ni la Dap. A partir de 10cmH2O, nous avons constaté une amélioration significative de tous les paramètres (p<0,05). La DAE moyenne était de 17± 8% à 10cmH2O, 13±8% à 15cmH2O et 11±11% à 20cmH2O. Les valeurs médianes de l’angle α étaient de -38 [−47–27] à 10cmH2O, −24 [−40–15] à 15cmH2O et −12 [−31–10] à 20cmH2O. La diminution moyenne de la Dap était de 22±10% à 10cmH2O, 17±10% à 15cmH2O et 14±12% à 20cmH2O. L’amélioration de l’angle α et de la Dap était corrélée de façon statistiquement significative à l’amélioration de la distance au TM6: rho=0,74 et 0,73 respectivement. Il n’y avait pas de corrélation avec la DAE.

Conclusion

Nos résultats suggèrent qu’un niveau de PEP supérieur ou égal à 10 est nécessaire pour améliorer la capacité à l’effort des patients atteints de TBM.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 52 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quel est le meilleur marqueur de la limitation de la capacité à l’effort des patients atteints de trachéobronchomalacie ?
  • L. Razakamanantsoa, E. Fresnel, A. Kerfourn, B. Chahine, J.M. Baste, L. Goument, C. Germain, J. Achard, A. Cuvelier, M. Patout
| Article suivant Article suivant
  • EvalClin: évaluation clinique des concentrateurs d’oxygène portatif : impact de l’oxygénothérapie pulsé à l’effort
  • J. Maris, B. Melloni, C. Rabec, J. Delrieu, L. Mba Mintsa, T. Bonnevie, F.E. Gravier, F. Herengt, Y. Al Chikahanie, D. Foret, A. Cuvelier, A. Chambellan, J. Gonzalez-Bermejo, J.F. Muir, M. Patout

Déjà abonné à cette revue ?