S'abonner

Efficacité des modes autopilotés chez les patients atteints d’un syndrome obésité hypoventilation: une étude cas-témoin - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.096 
C. Caillard 1, , G. Jolly 1, K. El Husseini 1, E. Dantoing 1, C. Roussel 1, A. Cuvelier 1, M. Patout 2
1 CHU, Rouen, France 
2 IRIB, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La ventilation non invasive (VNI) est usuellement administrée en mode barométrique avec des réglages de pressions inspiratoire et expiratoire. De nouveaux modes dits automatisés permettent d’inclure une consigne de volume et une adaptation automatique de la pression expiratoire positive. Notre objectif était d’évaluer l’efficacité gazométrique des modes automatisés comparativement au mode barométrique. Les objectifs secondaires étaient de comparer les durées de mise en place de la VNI, l’impact sur la qualité de vie et les données logicielles des ventilateurs.

Méthodes

Étude mono-centrique rétrospective cas-témoins ayant inclus tous les patients ayant un syndrome obésité hypoventilation traités en mode automatisé (groupe Auto) entre 05/2017 et 12/2019. Deux témoins (groupe ST) étaient appariés pour chaque cas avec sélection sur la capnie et l’index d’apnée-hypopnées (IAH) initial. Les données d’efficacité étaient relevées à la première réévaluation de la VNI. La qualité de vie était évaluée par le Severe Respiratory Insuficiency questionnaire.

Résultats

51 patients ont été inclus: 17 dans le groupe Auto, 34 dans le groupe ST. L’IMC moyen était de 41,75±8,43kg/m2, la capnie diurne 5,98±0,71kPa et l’IAH initial 38±25/h. Les deux groupes étaient comparables à la mise en place de la VNI. Dans le groupe Auto, le volume cible prescrit était de 10ml/kg poids idéal. Dans le groupe ST, la pression inspiratoire était 22,8±3,9cmH2O et l’expiratoire 9,0±2,8cmH2O. La durée de mise en place de la VNI était comparable dans les deux groupes: 2jours [1–3] (groupe Auto) et 3 [2–4] (p=0,09). L’amélioration de la qualité de vie (SRI): 3,73 [−4,75; 11,40] (groupe Auto) vs 2,53 [−4,02;9,27] (p=0,83) Les données logicielles montraient un niveau de fuites non intentionnelles plus élevé dans le groupe Auto: 42,0L/min [18,3; 51,3] (groupe Auto) vs 16,0L/min [10,0; 35,5] (p=0,015), ainsi que le volume courant: 621mL [502,5; 715] (groupe Auto) vs 512mL [400; 629] (p=0,027). La fréquence était plus élevée dans le groupe ST: 16,7 cpm [15,3; 19,0] vs 15,5cpm [15,0; 16,0] (groupe Auto) (p=0,021).

Conclusion

Nos données suggèrent une efficacité similaire des modes standard et automatisé. Cependant, la ventilation minute en mode automatisé était préférentiellement due au volume alors que la ventilation en mode standard était préférentiellement due à la fréquence respiratoire. Ces résultats pourraient avoir leur intérêt dans d’autres populations telles que les patients atteints de BPCO.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 53 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ventilation non invasive au long cours : les patients âgés de plus de 75 ans diffèrent-ils des moins de 75 ans?
  • C. Cantero, D. Adler, P. Pasquina, C. Uldry, B. Egger, M. Prella, A.B. Younossian, P. Gasche, J.L. Pépin, J.P. Janssens
| Article suivant Article suivant
  • Sevrage tabagique dans la BPCO de la femme
  • I. Khalfallah, S. Belkhir, M. Ferchichi, S. Louhaichi, N. Boubaker, M. Ben Bechir, B. Hamdi, J. Ammar, A. Hamzaoui

Déjà abonné à cette revue ?