S'abonner

Variations du volume courant estimé au cours de la ventilation non invasive au long cours chez les patients insuffisants respiratoires chroniques. Étude de cohorte - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.147 
M. Gauvrit , S. Jaffre, M.A. Vibet, J. Morin, H. Alami, C. Bretonnière, F.X. Blanc
 CHU, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les sociétés savantes préconisent de cibler un volume courant de 8 à 10mL/kg de poids idéal théorique pour l’adaptation des niveaux de pressions à utiliser en ventilation non invasive au long cours chez les patients insuffisants respiratoires chroniques (IRC), sans que cette cible n’ait été confirmée par des essais randomisés. À travers une cohorte prospective de patients ventilés au long cours, l’objectif de notre étude est de décrire le Vt (enmL/kg de poids idéal théorique) obtenu en se basant sur la correction du bilan gazeux artériel et de l’oxymétrie nocturne.

Méthodes

Nous avons inclus les patients issus de la cohorte prospective de l’Institut de recherche en santé respiratoire de 2009 à 2018. Pour être inclus, il fallait être âgé de plus de 18 ans et avoir donné un consentement écrit. Les étiologies d’insuffisance respiratoire chronique ont été séparées en 4 groupes : les BPCO, les BPCO obèses, les SOH et les neuromusculaires. Les patients SLA ont été exclus de l’analyse. Le volume courant estimé a été recueilli sur les données machines lors de la visite de réévaluation 4 à 6 mois après l’instauration de la VNI.

Résultats

Au total, 224 patients ont été inclus dans notre étude. Sur l’ensemble de la cohorte, 44,6 % des patients ont un Vt supérieur à 10mL/kg, 30,4 % un Vt compris entre 8 et 10mL/kg et 25,0% inférieur à 8mL/kg (représentés en majorité par les neuromusculaires). Le Vt moyen est de 9,9mL/kg sur l’ensemble de la cohorte avec une variation selon les étiologies: le Vt est statistiquement plus bas chez les patients neuromusculaires à 7,8±1,9mL/kg que les patients SOH à 10,4±2,7 (p<0,001) et les patients BPCO obèses à 10,7±2,8 (p<0,001). En revanche, comparé aux patients BPCO, il n’y a pas de différence significative (p=0,07). Les patients BPCO ont un Vt à 9,1±2,0mL/kg, plus bas que les patients BPCO obèses (p=0,02) et les patients SOH (p=0,03). Il n’y a pas de différence significative de Vt entre les patients BPCO obèses et les patients SOH (p=0,61).

Conclusion

Dans le cadre d’une ventilation non invasive avec pour objectif l’obtention d’un volume courant cible (enmL/kg de poids théorique), il semble pertinent d’adapter cet objectif selon l’étiologie de l’insuffisance respiratoire : 8mL/kg pour les patients neuromusculaires, 9mL/kg pour les patients BPCO,>10mL/kg pour les patients SOH et les patients BPCO obèses.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 75-76 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Effet de la technologie de drainage bronchique Simeox sur la distension pulmonaire statique chez les patients atteints de mucoviscidose
  • M. Proffit, M. Magni, G. Desbois, L. Morin
| Article suivant Article suivant
  • Enquête pneumologie libérale et télémédecine avant COVID
  • F. Le Guillou, M.P. Schuller, O. Benezet, B. Stach, P. Lofaso, C. Zanetti

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?