S'abonner

Profil épidémiologique et prise en charge des exacerbations aiguës d’asthme aux urgences de l’hôpital d’instructions des armées Omar Bongo Ondimba (HIA OBO), Libreville (Gabon) - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.168 
U.D. Kombila 1, , D. Mounguengui 2, A. Ifoudji Makao 3, D. Ibinga Linda 4, F. Ngomanda 5, J.B. Boguikouma 5
1 Service de médecine interne, Libreville, Gabon 
2 Service de médecine interne, HIA d’Akanda, Libreville, Gabon 
3 Service de réanimation, CHU, Libreville, Gabon 
4 Service de médecine polyvalente, HIA Omar Bongo Ondimba, Libreville, Gabon 
5 Service de médecine interne, CHU, Libreville, Gabon 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’exacerbation d’asthme est un phénomène paroxystique qui peut mettre en jeu le pronostic vital. Le but de notre étude était de décrire le profil épidémiologique et les modalités de prise en charge de l’exacerbation de l’asthme chez l’adulte.

Méthodes

Il s’agit d’une étude transversale descriptive rétrospective, qui a consisté à passer en revue les dossiers de 73 patients asthmatiques en exacerbation pendant une période de 12 mois au service d’aide et d’urgence (SAU) de l’HIA Omar Bongo Ondimba.

Résultats

L’exacerbation d’asthme représentait 0,6 % des patients enregistrés pendant la période étudiée avec une prédominance féminine (58,9 %). L’âge moyen des sujets était de 24,5 ans. L’exacerbation était inaugurale dans 29,1 % des cas, avec deux pics de fréquence entre les mois de mai et octobre. La notion d’atopie familiale était retrouvée chez 12,5 % des sujets. Les comorbidités les plus fréquemment retrouvées étaient la rhinite allergique (38,1 %), le reflux gastro-œsophagien (20,3 %), la conjonctivite allergique (17,6 %), la sinusite chronique (10,1 %). Les variations climatiques ; saisons sèches (17,8 %) et les infections respiratoires virales (15,1 %) dominaient les facteurs déclenchants des exacerbations d’asthme. Les signes de gravité étaient respiratoires (47,9 %) et cardiovasculaires (43,8 %). Un transfert en réanimation a été nécessaire dans 2,7 % des cas. L’évolution sous traitement a été favorable dans 94,5 % des cas. La mortalité a été de 1,3 %.

Conclusion

Les exacerbations d’asthme suivent un profil saisonnier lié aux effets environnementaux. La plupart des hospitalisations pourraient être évitées grâce à un meilleur contrôle de l’asthme et à l’amélioration de l’éducation thérapeutique des patients asthmatiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 85-86 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Résultats après la poursuite ou l’arrêt du traitement à long terme par le mépolizumab chez les patients souffrant d’un asthme sévère à éosinophiles : l’essai randomisé COMET
  • W. Moore, O. Kornmann, M. Humbert, C. Poirier, E. Bel, N. Kaneko, S. Smith, N. Martin, M. Gilson, R. Price, E. Bradford, M. Liu, A. Gruber
| Article suivant Article suivant
  • Réponse complète au benralizumab des patients présentant une polypose nasosinusienne et un asthme sévère à éosinophiles
  • A. Bourdin, J. Kreindler, A. Burden, E. Garcia Gil, P. Chanez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?