S'abonner

Syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse avec manifestations systémiques sévères après traitement par minocycline - 18/04/08

Doi : RMR-09-2007-24-7-0761-8425-101019-200720097 

N. Favrolt [1],

P. Bonniaud [1],

E. Collet [2],

M. Fayard [1],

C. Rabec [1],

C. Camus [1],

J.B. Bour [3],

P. Camus [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L'atteinte pulmonaire du syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse (SHM) ou Drug Rash with Eosinophilia and Systemic Symptoms (DRESS) est rare. Nous rapportons un cas survenu après prise de minocycline.

Observation

Un patient de 19 ans, d'origine réunionnaise, au seul antécédent d'acné traitée depuis 28 jours par minocycline 100 mg/j, était admis en réanimation pneumologique pour détresse respiratoire aiguë fébrile (40 °C) associée à des adénopathies périphériques, une hépato-splénomégalie, une éosinophilie sanguine (1 640/mm3) et sur la radiographie thoracique, des opacités alvéolaires bilatérales périphériques. L'hypoxémie sévère (47 mmHg) et l'apparition brutale d'une agitation majeure avaient imposé une sédation et une ventilation invasive. Des défaillances hépatique et rénale sévères étaient apparues rapidement. Le diagnostic de SHM à la minocycline posé, une corticothérapie intraveineuse (2 mg/kg) était débutée à J1. L'érythrodermie n'était survenue qu'à J3. L'évolution était inquiétante pendant 6 semaines avec des poussées successives d'atteintes viscérales. La sérologie pour Human Herpès Virus 6 (HHV6) initialement négative était devenue positive. À un an, après arrêt progressif de la corticothérapie, le patient allait bien, sans séquelle.

Conclusions

Cette observation est remarquable par l'extrême gravité des défaillances multiviscérales. Le SHM doit être reconnu par le Pneumologue car l'atteinte pulmonaire peut être inaugurale et précéder les signes cutanés.

Abstract

Severe drug rash with eosinophilia and systemic symptoms after treatment with minocycline

Introduction

Lung involvement is rarely observed in the DRESS syndrome (Drug rash with eosinophilia and systemic symptoms). We report here a severe minocycline induced hypersensitivity syndrome with initial respiratory distress.

Case report

A 19 year old man was admitted to the intensive care unit for acute respiratory distress with fever (400C), lymph node enlargement, hepatomegaly, splenomegaly and eosinophilia (1640/mm3). Bilateral alveolar opacities were observed on the chest x-ray. Sedation and mechanical ventilation rapidly became necessary because of severe hypoxaemia (47 mm Hg) and the sudden onset of severe aggressive behaviour. The diagnosis of DRESS was immediately suspected as the patient had been treated for acne with minocycline for 28 days, and IV corticosteroids (2 mmg/kg/day) were initiated. Skin lesions were delayed and appeared 3 days later. The outcome was uncertain for the following 6 weeks with serious disturbance of hepatic and renal function. Serology for human herpes virus (HHV6) was initially negative but became positive. One year later, after progressive withdrawal of corticosteroid therapy, the patient had made a complete recovery with no sequelae.

Conclusion

The DRESS syndrome can cause considerable morbidity with multiple, severe visceral functional disturbances. Respiratory physicians should be aware of this syndrome as lung involvement can be serious and may precede cutaneous symptoms.


Mots clés : Effet indésirable , Syndrome d'hypersensibilité , DRESS , Minocycline , Éosinophilie , Détresse respiratoire , Pharmacovigilance

Keywords: Side effect , Hypersensitivity syndrome , DRESS , Minocycline , Eosinophilia , Respiratory distress , Pharmacovigilance


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 7

P. 892-895 - septembre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ascite chyleuse compliquant une ventilation à domicile par trachéotomie
  • P. Mulliez, F.L. Mbassi Fouda, A. Darras, M. Smith
| Article suivant Article suivant
  • Une maladie de Carrington sans éosinophilie au lavage broncho-alvéolaire
  • M. Marcq, A. De Muret, J.M. Letourmy, P. Anthonioz, P. Dupont, P. Diot

Déjà abonné à cette revue ?

;