S'abonner

Les traitements ciblant les voies aériennes distales dans l’asthme : analyse des études cliniques - 20/04/10

Doi : 10.1016/S0761-8425(09)73681-2 
P.-R. Burgel 1, , I. Frachon 2, A. Didier 3, D. Dusser 1
1 Service de Pneumologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, Paris, France 
2 Service de Médecine Interne, CHU Cavale Blanche, Brest, France 
3 Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, Université de Toulouse, France 

Correspondance : Service de Pneumologie, Hôpital Cochin, 27 rue du Faubourg Saint-Jacques, 75014 Paris.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Deux stratégies thérapeutiques sont possibles pour permettre à des médicaments anti-asthmatiques de traiter les voies aériennes distales (VAD). La première consiste à délivrer des médicaments par voie générale. Avec cette optique, le montélukast a montré indirectement une efficacité sur les VAD en diminuant la distension pulmonaire. La deuxième consiste à délivrer les médicaments sous la forme inhalée en utilisant des particules extrafines. Les études réalisées avec formotérol-HFA solution (Formoair Modulite®), seul β2 agoniste de longue durée d’action à particules extrafines, ont montré sa bonne tolérance et une efficacité bronchodilatatrice non inférieure à celles des β2 agonistes de longue durée d’action à particules non extrafines. Les études réalisées avec les particules extrafines de BDP-HFA (100μg) seul (QVAR®) ou en combinaison fixe BDP-HFA (100μg)/formotérol-HFA (6μg) (Innovair®) ont essentiellement montré leur non-infériorité par rapport aux médicaments équivalents à particules non extrafines pour ce qui concerne la bronchodilatation, la qualité de vie et les symptômes. À quelques exceptions près, ces études ont porté sur de petits effectifs et des courtes durées. Ces études n’ont pas encore démontré le bénéfice à plus long terme des médicaments à particules extrafines sur les symptômes, le contrôle et les exacerbations de l’asthme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Two strategies are possible for targeting distal airways in asthma. The first one is systemic, with the delivery of medications either orally or intravenously. Montelukast is the only oral drug that has demonstrated its efficacy on distal airways by reducing lung hyperinflation. The second possible strategy is to deliver inhaled medications using ultrafine particles. Studies performed with formoterol-HFA solution (Formoair Modulite®), the only available long-acting β2 agonist with ultrafine particles have shown a non-inferior bronchodilator effect and a good tolerance as compared to inhaled long acting β2 agonists with non-ultrafine particles. Studies performed with BDP-HFA alone (QVAR®) or combined BDP-HFA/formoterol (Fostair®) with ultrafine particles have mostly demonstrated their clinical non-inferiority on bronchodilation, quality of life, and symptoms in asthmatic subjects as compared to non-ultrafine inhaled medications. With the exception of a few studies, most publications have been performed in a limited number of patients and for only short durations. The available studies have not yet demonstrated a long-term benefit in terms of additional clinical efficacy of these ultrafine inhaled medications on symptoms, control and exacerbations of asthma.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Voies aériennes distales, Asthme, Particules ultra-fines, Corticostéroïdes inhalés, β2-agonistes de longue durée d’action

Key-words : Distal airways, Asthma, Ultrafine particles inhaled corticosteroids, Long acting beta 2 agonists


Plan

Plan indisponible

© 2009  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 8

P. 859-866 - octobre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’asthme : une maladie de tout l’arbre aérien
  • I. Tillie-Leblond, R. Louis, A. Magnan, M. Humbert, J. de Blic, P. Chanez
| Article suivant Article suivant
  • Pathologies respiratoires aiguës et subaiguës d’origine toxique
  • P. Andujar, B. Nemery

Déjà abonné à cette revue ?

;