S'abonner

Pathologies respiratoires aiguës et subaiguës d’origine toxique - 20/04/10

Doi : 10.1016/S0761-8425(09)73682-4 
P. Andujar 1, 2, 3, B. Nemery 4,
1 Inserm, Unité 955, Créteil, France 
2 Hôpital Intercommunal de Créteil, Service de pneumologie et pathologie professionnelle, Créteil, France 
3 Université Paris 12, Faculté de médecine, Créteil, France 
4 Katholieke Universiteit Leuven, Laboratoire de pneumologie, Unité de toxicologie pulmonaire, Leuven, Belgique 

Correspondance : Laboratorium voor Pneumologie, Herestraat 49, O&N 706, B-3000, Leuven, Belgique.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Les pathologies respiratoires aiguës et subaiguës d’origine toxique sont rarement spécifiques du composé chimique inhalé et résultent, le plus souvent, d’une exposition unique accidentelle d’origine professionnelle, domestique ou environnementale. La catastrophe industrielle de Bhopal en 1984, des intoxications accidentelles au chlore ou aux hydrocarbures pétroliers, mais également l’utilisation de gaz vésicants lors de conflits en sont des exemples retentissants. Beaucoup plus rarement, une substance chimique peut être ingérée et atteindre, par voie systémique, l’appareil respiratoire et causer des dommages (exemple des ingestions accidentelles ou volontaires de paraquat). Les accidents domestiques ne doivent pas être sous-estimés. Une cause importante d’accident domestique est l’inhalation de chlore résultant d’un mélange d’eau de javel avec des produits acides, comme les détartrants pour le nettoyage des toilettes. Ces agents chimiques peuvent exercer, selon les cas, une action toxique directe et/ou indirecte sur l’appareil respiratoire. Les manifestations cliniques respiratoires aiguës et subaiguës résultant d’intoxications chimiques sont très variées, telles que les fièvres d’inhalation, l’œdème aigu pulmonaire non cardiogénique retardé, le syndrome de détresse respiratoire aigu ou le syndrome de Brooks. Elles sont, avant tout, liées aux caractéristiques physicochimiques, à la concentration atmosphérique et à la dose inhalée de l’agent chimique inhalé. Leur pronostic immédiat et les séquelles éventuelles, à long terme, sont également très variables. Dans cette revue, sont exclues les maladies pulmonaires aiguës et subaiguës d’origine infectieuse ou immunologique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Acute or subacute chemical-induced lung injury is rarely compound specific and is most often caused by an accidental occupational, domestic or environmental exposure to an inhaled chemical agent. The industrial disaster that happened in Bhopal in 1984, accidental poisoning with chlorine and petroleum hydrocarbons and also vesicant gases used during conflicts, are specific examples. Rarely, a chemical agent can cause lung damage by being ingested and reaching the lung through the systemic circulation (for example accidental or deliberate paraquat ingestion). Household accidents should not be underestimated. An important cause of household accidents is chlorine inhalation resulting from mixing bleach with acids such as the scale removers used to clean toilets. Chemical agents can provoke direct and/or indirect damage to the respiratory tract. The acute or subacute clinical manifestations resulting from inhalation of chemical agents are very varied and include inhalation fevers, acute non-cardiogenic pulmonary oedema, adult respiratory distress syndrome, reactive airways dysfunction syndrome and acute or subacute pneumonitis. The site and the severity of chemical-induced respiratory damage caused by inhaled chemical agents depend mainly on the nature and the amount of the agent inhaled. The immediate and long-term prognosis and possible sequelae are also variable. This review excludes infectious or immunologically induced acute respiratory diseases.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Poumon, Pneumopathie, Chimique, Toxique, Aiguë

Key-words : Lung, Pneumonitis, Chemical, Toxic, Acute


Plan

Plan indisponible

© 2009  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 8

P. 867-885 - octobre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les traitements ciblant les voies aériennes distales dans l’asthme : analyse des études cliniques
  • P.-R. Burgel, I. Frachon, A. Didier, D. Dusser
| Article suivant Article suivant
  • Surveillance de la qualité de l’air en France : Outils, missions, avenir
  • S. Téton, D. Robin, C. Genève

Déjà abonné à cette revue ?

;