S'abonner

Suivi après exposition professionnelle à l’amiante : modalités et dispositifs étrangers - 05/05/11

Doi : 10.1016/j.rmr.2010.08.012 
A. Massardier-Pilonchery a, b, , c , A. Bergeret a, b, c
a Université de Lyon, 69003 Lyon, France 
b UMRESTTE (Joint Unit, INRETS/UCLB/InVS), université Claude-Bernard Lyon 1, médecine et santé au travail, domaine Rockefeller, 8, avenue Rockefeller, 69373 Lyon cedex 08, France 
c Service des maladies professionnelles, centre hospitalier Lyon Sud, hospices civils de Lyon, 69495 Pierre-Bénite, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les pathologies, notamment cancéreuses, induites par l’amiante surviennent après plusieurs années de latence. La surveillance de salariés s’impose donc aussi après arrêt de la vie active (retraite, chômage…), un tel dispositif existe en France depuis 1996. Cet article, par une recherche bibliographique, fait le point sur les dispositifs de suivi post-professionnel étrangers, notamment européens, et leurs caractéristiques.

État des connaissances

Cette recherche fait apparaître un nombre limité d’expériences nationales ou de déclarations d’intention, en Allemagne, Espagne, Finlande, Italie, Norvège, Pologne, Suisse. Les protocoles de dépistage peuvent globalement associer : algorithme de décisions, questionnaire, consultation médicale, radiographie thoracique, tomodensitométrie thoracique, et/ou exploration fonctionnelle.

Perspectives

À l’étranger, une grande variété de modalités existe depuis le mode de sélection des personnes incluses jusqu’à la fréquence des examens. Contrairement à l’Allemagne, qui a une longue expérience de ce suivi, plusieurs dispositifs récents ont très peu de recul.

Conclusion

Les suivis post-professionnels après exposition à l’amiante sont rares avec des modalités de surveillance variées et dépendent de facteurs non seulement médicaux mais aussi sociaux. Le système français de suivi post-professionnel peut sans doute s’enrichir mais il soutient la comparaison avec ce qui existe, ou le plus souvent n’existe pas ailleurs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Diseases, including cancer induced by asbestos, usually occur after many years of latency. The follow-up of employees must therefore continue after the end of their employment (retirement, redundancy, etc.) and such an arrangement has existed in France since 1996. This article reviews the literature on the post-employment monitoring arrangements that exist outside of France, particularly in other European countries, and their characteristics.

State of art

This research has revealed a limited number of national experiences in Germany, Spain, Finland, Italy, Norway, Poland, and Switzerland. The medical protocols generally involve: algorithm decisions, questionnaire, physical examination, chest radiography, CT scan, and/or spirometry.

Perspectives

Internationally, various methods exist to select employees for follow-up and to determine the frequency of subsequent examinations. Unlike Germany, which has a long experience of such medical follow-up, several of these programs are more recent.

Conclusions

Post-occupational medical surveillance of asbestos-related disease is uncommon, monitoring arrangements vary and depend on medical and also on social factors. The French system of post-occupational monitoring can undoubtedly improve but it bears comparison with arrangements in other countries, where these are even present.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dépistage, Salariés, Amiante, Cancer du poumon, Maladies professionnelles

Keywords : Screening, Employees, Asbestos, Lung cancer, Occupational diseases


Plan


 Cette série reproduit les textes complets des experts de l’audition publique organisée par la HAS le 19 janvier 2010.
 Nous remercions la Haute Autorité de santé de nous avoir autorisés à reproduire ce texte. Il est également consultable sur le site www.has-sante.fr/, rubrique « Toutes nos publications ».


© 2011  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 4

P. 556-564 - avril 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les effets indésirables des antituberculeux ; prise en charge
  • J. Perriot, É. Chambonnet, A. Eschalier
| Article suivant Article suivant
  • Un regard simple sur la biologie du cancer bronchique : EGFR
  • A.-M. Ruppert, M. Wislez, V. Poulot, R. Lacave, M. Antoine, J. Cadranel

Déjà abonné à cette revue ?

;