S'abonner

Résections pulmonaires majeures par vidéothoracoscopie : 20 ans après les premières réalisations - 19/04/14

Doi : 10.1016/j.rmr.2013.10.650 
J.-M. Baste a, , B. Orsini b, P. Rinieri a, J. Melki a, C. Peillon a
a Service de chirurgie générale et thoracique, CHU de Rouen, 1, rue de Germont, 76000 Rouen, France 
b Service de chirurgie thoracique, des maladies de l’œsophage et de transplantations pulmonaires, hôpital Nord, Aix Marseille université, Assistance publique–Hôpitaux de Marseille, chemin des Bourrely, 13915 Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 13
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La chirurgie mini-invasive pour les exérèses pulmonaires majeures existe maintenant depuis 20ans, mais son développement reste encore controversé en France. Les différentes techniques utilisées ainsi que les définitions multiples ont prêté à confusion chez les médecins et les chirurgiens. Le bénéfice de ces chirurgies « mini-invasives » n’a pas toujours été très clair, avec une sécurité opératoire souvent remise en cause. Les avancées technologiques récentes (imagerie, colonne vidéo HD, instrumentations) ont apporté une aide essentielle pour assurer la sécurité optimale des patients. L’objectif principal de cette revue est de préciser la définition actuelle de la chirurgie mini-invasive ou vidéothoracoscopique (VTC), les techniques, les résultats mais aussi les écueils. Cependant cette chirurgie présente des atouts multiples à la fois sur le plan clinique mais aussi universitaire. La chirurgie thoracique mini-invasive s’inscrit dans l’histoire naturelle de la chirurgie mais les différences cliniques entre ces deux grands types de chirurgie d’exérèse sont faibles. La VTC n’est pas une révolution chirurgicale mais une évolution qu’il faut maîtriser au même titre que les évolutions en radiothérapie et radiologie interventionnelle. Elle s’inscrit en complément des stratégies de dépistage précoce du cancer qui ont fait la preuve récente de leur efficacité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Major lung resection using minimally invasive techniques – video-assisted thoracoscopic surgery (VATS) – was first described 20years ago. However, its development has been slow in many countries because the value of this approach has been questioned. Different techniques and definitions of VATS are used and this can be confusing for physicians and surgeons. The benefit of minimally invasive thoracic surgery was not always apparent, while many surgeons pointed to suboptimal operative outcomes. Recently, technological advances (radiology, full HD monitor and new stapler devices) have improved VATS outcomes. The objectives of this review are to emphasize the accepted definition of VATS resection, outline the different techniques developed and their results including morbidity and mortality compared to conventional approaches. Minimally invasive thoracic surgery has not been proven to give superior survival (level one evidence) compared to thoracotomy. A slight advantage has been demonstrated for short-term outcomes. VATS is not a surgical revolution but rather an evolution of surgery. It should be considered together with the new medical environment including stereotactic radiotherapy and radiofrequency. VATS seems to be more accurate in the treatment of small lung lesions diagnosed with screening CT scan. In the academic field, VATS allows easier teaching and diffusion of techniques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Chirurgie thoracique, Poumon, Réduction de volume pulmonaire, Vidéothoracoscopie, Chirurgie mini-invasive

Keywords : Thoracic surgery, Lung, Lung volume reduction, Videothoracoscopy, Minimally invasive surgery


Plan


© 2014  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 4

P. 323-335 - avril 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Proposition pour une analyse systématique de la polygraphie et de la polysomnographie afin d’identifier les évènements anormaux survenant pendant la ventilation non invasive
  • J. Gonzalez-Bermejo, C. Perrin, J.-P. Janssens, J.-L. Pépin, G. Mroue, P. Leger, B. Langevin, S. Rouault, C. Rabec, D. Rodenstein, pour le groupe SomnoVNI
| Article suivant Article suivant
  • Mucoviscidose et traitements inhalés : quoi de neuf en 2013 ?
  • J.-C. Dubus, L. Bassinet, F. Chedevergne, B. Delaisi, N. Desmazes-Dufeu, G. Reychler, L. Vecellio, GRAM (Groupe aérosols et mucoviscidose de la Société française de mucoviscidose)

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;