S'abonner

Chambres d’inhalation pour délivrance de fluticasone chez le nourrisson au banc d’essai - 20/01/17

Doi : 10.1016/j.rmr.2016.02.009 
J. Pourchez a, , b, c , L. Leclerc a, b, c, G. Sarry a, b, c, J.-M. Vergnon b, c, d, J.C. Dubus e
a École nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne, CIS-EMSE, Sainbiose, 42023 Saint-Étienne, France 
b Inserm, U1059, Sainbiose, 42023 Saint-Étienne, France 
c Université de Lyon, 42023 Saint-Étienne, France 
d Service de pneumologie, CHU de Saint-Étienne, 42055 Saint-Étienne, France 
e Unité de pneumopédiatrie, CHU Timone-Enfants, 13385 Marseille cedex 5, France 

Auteur correspondant. 10, rue de la Marandière, 42270 Saint-Priest-en-Jarez, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La délivrance de fluticasone via une chambre d’inhalation est délicate chez les jeunes nourrissons asthmatiques. Le choix du dispositif est souvent difficile pour le clinicien. Cette étude caractérise in vitro la granulométrie et la délivrance médicamenteuse de la fluticasone par neuf chambres d’inhalation.

Méthodes

Nous avons utilisé un modèle anatomique in vitro de nourrisson avec deux débits inspiratoires différents (50 et 100mL/s). La granulométrie de l’aérosol était évaluée par diffractométrie laser et le dépôt trachéal par dosage spectrophotométrique.

Résultats

Des différences granulométriques importantes entre les chambres d’inhalation étaient observées (D50 identique mais D90 de 5,65±0,65μm à 8,80±1,35μm). Une fraction respirable supérieure à 75 % n’était obtenue qu’avec cinq chambres d’inhalation. Le débit à 50mL/s permettait d’obtenir la meilleure délivrance médicamenteuse. Pour ce débit, Optichamber® (62±3 %) et Vortex® (91±8,5 %) avaient un dépôt trachéal supérieur à 50 % de la dose initiale de fluticasone, les sept autres chambres d’inhalation présentant un dépôt trachéal inférieur à 25 %.

Discussion

Notre étude montre de fortes variations de délivrance entre les neuf chambres d’inhalation. Un débit inspiratoire faible et une chambre d’inhalation de nature antistatique semblent des éléments favorisant cette délivrance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Use of a spacer device to optimize the delivery of fluticasone to infants with asthma is an important issue and clinicians require guidance around the choice of device. This in vitro study characterizes the particle size and the fluticasone delivery via 9 spacers.

Methods

We used an in vitro infant nasal cast with two different inspiratory flow rates (50 and 100mL/s). Fluticasone particle size in the aerosol was evaluated by laser diffractometry and tracheal deposition by spectrophotometric assay.

Results

Significant differences in particle size were observed between the 9 spacers (similar D50 but D90 from 5.65±0.65 to 8.80±1.35μm). A 75 % or higher respirable fraction was obtained for only 5 spacers. The 50mL/s flow rate lead to the best drug delivery. At this flow, OptiChamber® (62±3 %) and Vortex® (91±8.5 %) had a tracheal deposition over 50 % of the initial dose of fluticasone, although the 7 other spacers exhibited a fluticasone deposition less than 25 %.

Discussion

This study shows a wide variation of drug delivery between the 9 spacers studied. We demonstrate that a low inspiratory flow and a spacer showing antistatic properties facilitate drug delivery.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Fluticasone, Chambre d’inhalation, Nourrisson, Aérosol-doseur, Granulométrie

Keywords : Fluticasone, Spacer, Infant, Metered dose inhaler, Aerosol particle size


Plan


© 2016  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 1

P. 29-35 - janvier 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Patient asthmatique : contrôle, ressenti et observance. Résultats français de l’enquête REALISE™
  • C. Raherison, P. Mayran, A. Jeziorski, A. Deccache, A. Didier
| Article suivant Article suivant
  • Bevacizumab en association à une première ligne de chimiothérapie chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules, non épidermoïde, à un stade avancé ou en rechute : résultats de l’étude non interventionnelle EOLE
  • C. Chouaid, L. Falchero, R. Schott, F. Bonnetain, N. Taguieva-Pioger, J. Bennouna

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;